Les cahiers de charges de la Majorité et du Rassemblement vus  par des acteurs politiques et sociaux

0
278
dsc02337La plate-forme Agir pour des Elections Transparentes et Apaisées (AETA) a organisé, le vendredi 25 novembre 2016 au centre catholique Liloba, dans la commune de Lemba, une tribune d’expression populaire avec les acteurs politiques impliqués dans le processus électoral en face des Organisations de la société civile congolaise (OSC).
C’est autour du thème « Enjeux électoraux de l’heure en RDC : Consensus électoral entre acteurs politiques », que les représentants des OSC présents à cette rencontre, ont échangé de manière ouverte  et très vive avec les invités du jour sur les voies de sortie de crise dans laquelle se trouve plongée la RDC, partant des propositions des uns et des autres avec notamment, l’accord politique du dialogue de la Cité de l’UA,  les Résolutions du conclave du Rassemblement et les propositions faites par le Front pour le Respect de la Constitution.
             Après avoir pris connaissance de la synthèse des deux assises, à savoir celle du conclave du Rassemblement et celle du dialogue politique de l’UA, faite par Jean-Baptiste Bomanza, mais aussi de la restitution des avis de l’analyse technique de l’AETA (sur les divergences et convergences de vues), faite par Grâce Lula, secrétaire permanente adjointe, les représentants des OSC ont également formulé des recommandations à l’endroit des différentes composantes. 
            Ayant répondu présent à l’invitation en tant que membre de l’opposition républicaine signataire de l’accord politique de l’UA, Jean-Baptiste Bomanza a avant tout, présenté à l’auditoire, la synthèse des résolutions du dialogue politique nationale, avant d’entamer une phase très mouvementée des réponses aux nombreuses questions lui adressées par ses interlocuteurs.
            Il a soutenu à cette occasion que 3 solutions étaient envisageables pour sortir le pays de la crise actuelle, à savoir un compromis, une révolution ou un coup d’Etat. Selon, c’est la première solution de compromis, qui a été privilégiée dans l’accord de l’UA, sachant qu’on ne peut accepter de verser une fois de plus le sang des Congolais qui n’a que trop couler.
            Il a appelé des compatriotes du rassemblement à venir mettre la main dans la pâte pour qu’ensemble, ils puissent atteindre la décrispation véritable pour l’organisation des élections et que le pays puisse retrouver sa légitimé constitutionnelle.  
            Selon Gérard Bisamu, secrétaire permanent de l’AETA, cette plate-forme d’appui au processus électoral a jugé important que toutes les organisations de la Socité Civile  au niveau des leaders, puissent échanger avec les leaders politiques  autours de tous ces points de vues qui ressortent des documents de ces composantes qui se jettent des pierres.
            «Nous avons mis en face les responsables des OSC avec les leaders qui ont participé au dialogue, mais aussi avec les leaders qui ont travaillé au conclave du Rassemblement, de manière à ce qu’ils recoivent l’information fraiche de la part de ces leaders, pour qu’enfin ils discutent et donnent leurs points de vues. Et finalement, cet exercice va se réaliser au niveau de la population, avec ces OSC qui vont organiser des tribunes d’expression populaire dans leurs communautés respectives, où elles mettrons face à face des acteurs politiques des différentes composantes avec la population afin de donner à celle-ci l’information et recueillir ses points de vues et ses attentes qui devront être prises en compte par différents gouvernants », a-t-il soutenu.
            Il faut noter que dans son analyse technique, l’AETA a relevé des points de convergences et de divergences entre composantes, qui, au-delà de tout, manifestent leur volonté d’aller aux élections.
Myriam Iragi