Cadres et agents du FFN outillés pour la reconstruction du capital forestier

0
55

Ouverts le lundi 18 octobre 2010, dans la salle Père Boka du Centre d’études pour l’action sociale CEPAS, l’atelier de mise à niveau des cadres et agents du Fonds forestier national (FFN) s’est terminé le mercredi 20 octobre 2010. Pendant trois jours, les cadres et agents du FFN à qui se sont joints plusieurs autres participants provenant du ministère de tutelle, à savoir l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, la société civile, la société de gardiennage SGS…ont reçu des experts nationaux , des informations utiles sur les matières se rapportant aux techniques de reboisement,  d’inventaire et d’aménagement forestiers, d’analyse et de sélection des projets, ainsi que celles relatives au contrôle et à l’évaluation des projets financés par le Fonds.

 Ils ont également été outillés sur des techniques, des stratégies et des approches appropriées pour l’identification et l’appréhension par le traitement des cas concrets, les problèmes, blocages, mais aussi les opportunités liées aux questions de l’exploitation forestière artisanale et industrielle. La RDC, faut-il retenir, détient, à elle seule, le potentiel forestier estimé à 145 millions d’hectares, soit 60 % des forêts denses humides d’Afrique Centrale et 10 % des forêts tropicales humides du monde.

            L’atelier a accouché d’un bon nombre de recommandations dont notamment : le Fonds forestier national doit mettre en place un modèle de fiche d’identification en tenant compte des réalités de la RDC ; le FFN doit concentrer sa mission principale, celle de la reconstruction du capital forestier…

            Dans sn mot de remerciements, le chargé de Mission de FFN, Léon Botolo Magoza, s’est réjoui de la qualité de cet atelier tant au niveau des exposés que des interventions des participants. Ce qui, pour lui, augure un bon départ pour son institution. Dans ce même ordre d’idées, le chargé de mission a salué l’expertise de l’Ingénieur José Ilanga, Directeur-Coordonnateur de la DEP,  laquelle a permis à cet atelier de renforcement des capacités des ressources humaines de répondre aux attentes des cadres et agents.

            Le secrétaire général à l’Environnement et Conservation de la Nature, Albert Likunde Li-Botayi, a pour sa part rendu hommage aux autorités nationales qui, par le biais du ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, ont mis en place un arsenal des dispositifs législatifs, réglementaires et d’actions pour le décollage du FFN.

            Michel LUKA

 

LEAVE A REPLY

*