Cabinets ministériels et CNSA : Roger Lumbala accuse Olenghankoy de trahison

1
1173

Le climat n’est plus au beau fixe au sein de la dissidence du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement. Absents du gouvernement Tshibala – une pilule amère qu’ils ont du mal à digérer – Roger Lumbala, Lusamba Tatcher, Bolenge
Mokesombo, Constant Mutamba, Ruffin Mpaka et consorts s’estiment floués même dans les mises en place intervenues au niveau de différents cabinets ministériels, alors que Joseph Olenghankoy leur avait fait la promesse ferme de faire caser leurs proches.

Craignant d’être de nouveau roulés dans la farine à l’étape de la composition du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016, ils viennent de saisir le précité, qu’ils avaient eux-mêmes plébiscité comme président du Rassemblement/Aile Kasa-Vubu, pour lui demander de ne pas les ignorer au moment du partage du dernier gâteau de la Transition  pourtant fondée sur les violations de l’Accord de la Saint Sylvestre.

La grande leçon à tirer de l’alliance contre nature entre la Majorité Présidentielle et une frange de l’Opposition est que les « taupes » ont traversé la rue non pas pour faire avancer la lutte pour le changement démocratique du gouvernance au sommet de l’Etat, par des
élections présidentielle et législatives nationales libres, transparentes et apaisées, à organiser en décembre 2017 au plus tard, mais pour plutôt pour le partage des postes. Les observateurs ne seraient pas surpris d’assister, un de ces quatre matins, à la naissance d’une troisième ou quatrième aile du Rassemblement, qui ne tarderaient pas à réclamer des quotas de participation au gouvernement et au Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016.

Le « peuple » dont tout le monde revendique la défense des intérêts a
compris une chose : les membres de l’Opposition alimentaire
poursuivent le même objectif que ceux de la Majorité Présidentielle, à
savoir participer au « glissement collectif » pour une durée
indéterminée et améliorer chacun son confort personnel.
Et pendant que les chasseurs des postes politiques s’entredéchirent,
le pays va mal. On en veut pour preuve le franc congolais dont la
descente aux enfers parait irréversible, réduisant à néant le pouvoir
d’achat des masses populaires. Il y a aussi le feuilleton des évasions
spectaculaires des détenus des prisons et cachots des parquets,
l’insécurité récurrente à Kinshasa avec les « makesa » ou miliciens de
Bundu dia Mayala, les tueries au quotidien dans l’espace Grand Kasaï
sous la double responsabilité des forces de sécurité et des miliciens
de Kamuina Nsapu, les règlements des comptes entre Bantous et Pygmées
au Sud-Katanga, l’état de ni guerre ni paix entretenu par des forces
négatives internes et externes au Sud-Kivu, au Nord-Kivu et en Ituri,
en dépit de la forte présence des FARDC et des casques bleus de la
Monusco.
Kimp
LETTRE DE LUMBALA ET CONSORTS A JOSEPH OLENGHANKOY
Kinshasa, le 02 juillet 2017

Copie pour information ) :
–       Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement
A Kinshasa-Gombe

Objet : Notre désapprobation

A Monsieur le Président du Conseil des Sages du Rassemblement des
Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement
Kinshasa-Gombe

Par la présente, nous avons le regret de nous rapprocher de vous en
vue de vous faire part de nos inquiétudes sur la marche du
Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au
Changement, dont vous êtes l’un des premiers responsables.
En effet, conformément à l’Arrangement particulier du 27 avril 2017,
faisant partie intégrante de l’Accord du 31 décembre 2016, le
Rassemblement avait droit à 12 ministères et 3 vice-ministres au sein
du gouvernement d’union nationale.
A notre grande surprise, les uns ont été servis et les autres pas.
En vue de sauvegarder l’ordre et la cohésion du groupe, il vous avait
plu de demander à chaque structure non représentée au sein du
Gouvernement, de vous transmettre la  liste de ses cadres et membres
pour leur affectation dans les différents cabinets ministériels et à
la primature. A ce jour, aucun des cadres, ni membres n’a été affecté
alors que la plupart des cabinets sont déjà ou presque constitués.
S’agissant du Conseil National de Suivi de l’Accord et du processus
électoral, CNSA, nous avons également constaté avec regret que vous
avez procédé de manière cavalière, sans consulter toutes les
structures qui composent le Rassemblement, au choix de nos 6 délégués
dont seuls 3 sont actifs et connus de tous. Pour les 3 autres, vous
êtes le seul à en connaître l’origine, au mépris du groupe.
Vous êtes sans ignorer que nous n’avons pas gagné les élections pour
mériter le quota qui n,ous a été attribué aussi bien dans le
gouvernement que dans le CNSA, mais vous continuez tout de même à nous
nourrir d’espoir, au moment où les autres sont déjà opérationnels,
oubliant tous les sacrifices harassants que nous avons consommés pour
aboutir ensemble à ce résultat.
Par ces actes, nous nous sentons trahis par vous ainsi que par les
camarades que notre combat a portés au Gouvernement.
Nous sommes plus qu’ignorés par le népotisme caractérisé de décisions
injustes, prises en dehors de toutes concertations.
Pour ce faire, nous vous exigeons ce qui suit :
– La prise en compte effective de nos structures dans le processus de
prise de décisions;
– La réparation des préjudices politiques subis par nos structures respectices;
– La réorganisation du mode de fonctionnement du Rassemblement,
garanbtissant ainsi que la représentativité de toutes les structures
dans les institutions publiques.
Puisque vous ne nous avez pas offert l’occasion, ni un cadre approprié
pour évaluer sereinement la situation d’injustice dont nous sommes
victimes de votre part, nous vous donnons un délai de 48 heures pour
résoudre cette crise latente. Faute de quoi, nous nous assumerons en
toute responsabilité.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, cher camarade, l’expression de
nos sentiments patriotiques.

Les signataires:
Lumbala Tshitenge Roger
Lusamba Tatcher
Bolenge Mokesombo
Mutamba Tungunga Constant
Mpaka Ruffin
Kabongo Mutoke
Mbiola

1 COMMENT

Comments are closed.