Ça chauffe !

0
36

Destruction planifiée des maisons à Masina et vente de la Place Commerciale à Limete :

les députés provinciaux veulent voir clair… 

Dans sa plénière d’hier lundi 29 mars 2010, l’Assemblée Provinciale de la ville de Kinshasa a levé l’option d’effectuer, face aux plaintes reçues de la population, dès ce matin, une descente à Limete, Place Commerciale de la 7ème rue, pour constater de visu, la spoliation ou non du terrain de basket-ball. Il en sera de même, ce même mardi, d’une autre descente à Kingabwa et à Masina où des mesures ont été annoncées sur la démolition des maisons situées à moins de 15 m de la voie ferrée. C’est sur la base des plaintes formulées par les députés Martin Fayulu et Itoka que le président du Parlement kinois, Roger Nsingi, a pris la décision, entérinée en plénière, par un vote à mains levées.           

L’opinion kinoise attend impatiemment le rapport du Parlement provincial sur le dossier de l’espace vert ou mieux du parc public de la Place Commerciale de Limete, qui comprend aussi un terrain de basket-ball. Selon les informations en circulation dans les couloirs du siège de l’Assemblée Provinciale, une bonne partie du terrain aurait été vendue ou cédée à la firme pétrolière Sonangol.  La transaction aurait-elle été conclue avec l’Hôtel de Ville de Kinshasa ou la commune de Limete ? On ne tardera pas à le savoir.
Toujours est-il que la grogne monte au sein de la jeunesse de Limete, qui n’accepte pas d’être délestée de l’un des rares lieux des loisirs qui restent encore dans cette municipalité où tous les espaces verts sont envahis par des habitations.
            L’invitation du ministre du Plan, Luzolama ce mercredi devant les élus « locaux » a été requise pour éclairer leur lanterne sur la vente présumée de l’espace de distraction des jeunes mais aussi l’option de raser toute habitation comptabilisée dans le périmètre de la voie ferrée.
            L’autre point inscrit à l’ordre du jour, c’est celui relatif au rapport sur la restitution des travaux sur la journée internationale de la femme. C’est l’honorable Muabi Marie qui devrait en faire l’économie mais pour n’avoir eu une concertation préalable avec les membres, le point a été recalé et reprogrammé à la prochaine plénière.
 
Le dossier des démolitions le long du rail/Onatra
            «Si nous ne réagissons pas de manière générale aux  problèmes  soulevés, nous serons toujours piétinés. Nous honorables, devons lutter contre cette violation visiblement délibérée. Nous ne savons pas quelle est réellement la place de l’Assemblée provinciale dans des pareils dossiers qui semblent l’ignorer », a martelé Itoka.
L’honorable Mbuyi a, quant à elle, proposé une audience auprès du Président de la République pour l’informer des conséquences que pourrait avoir la décision de tout raser. Elle a précisé que l’intervention du ministre provincial du Plan aiderait à réunir suffisamment d’éléments et d’étoffer une lettre avec beaucoup plus d’arguments. Dans l’unanimité, les députés ont caressé la proposition tout en précisant que la presse devra être de tous les combats pour « faire entendre notre voix ».
            Ils ont rappelé qu’ils ont là, face à la menace de vente d’une part et d’autre part de démolition, le devoir de s’interposer pour s’assurer de la pertinence ou non de la décision. « Le rôle d’un député étant celui d’acquérir plus d’information sur le terrain et le transmettre au bureau pour une solution, vu la grandeur des dégâts, il serait préférable que tous les députés descendent sur le terrain », a insisté un député.
Sandra Ntumba
et D-I.K

LEAVE A REPLY

*