Budget participatif : le Codhod tient aux plaidoyers

0
107

logo-codhodLe peuple est le souverain primaire d’un Etat. Il doit participer à la gestion de la chose publique, a cet effet, le Comité des droits de l’Homme et Développement organise un séminaire sur  la structuration de plaidoyer pour l’institutionnalisme et l’implémentation du budget participatif en République Démocratique du Congo. Ce séminaire a commencé, hier lundi 7 avril 2014 à la salle SDV à la 15ième Rue dans la commune de Limete. Et, se clôturera le samedi 12 avril 2014 sur le financement du Fonds de Société Civile pour la Bonne Gouvernance.

 La Congo étant en plein processus de la décentralisation, ce séminaire a pour objectif de doter le Réseau Budget Participatif (Rebup) de la RDC d’un plan stratégique de plaidoyer en vue de l’implémentation du budget participatif dans les Entités Territoriale Décentralisées (ETD).

  Dans son mot d’ouverture, Henry Christin Longendja secrétaire exécutif du Rebup et directeur exécutif du Codhod a souligné que le processus démocratique exige que la population décide sur ce qu’elle veut d’une part et ces priorités de l’autre part. Actuellement, la démocratie populaire s’impose, si, l’on veut diriger, il faut rétablir la population dans ses droits et fonctions. Car, elle est la pièce motrice du trésor public au travers les taxes qu’elle paye. A cet effet, elle doit avoir un œil regardant sur cet argent. Elle est censée suivre avec la moindre attention la chaine des dépenses réalisée par les dirigeants.

            Pour sa part, Jean Michel Mvondo président du Rebup et coordonnateur du Recic a relevé que ce séminaire est important parce que chaque municipalité doit se prendre en charge, recherchant son propre développement signe de la bonne gouvernance. Il permettra aux participants d’être à mesure d’élaborer les notes de plaidoyers que les décideurs prendront facilement en compte. Et, par la suite, en faire des lobbyings.

Rappel

            C’est depuis l’année passée que le Codhod avait mis en œuvre un projet d’appui à la dynamisation du réseau budget participatif pour le renforcement des capacités des acteurs non étatiques sur l’accompagnement des municipalités des l’implantation du budget participatif en RDC.

            En effet, le budget participatif est un mécanisme de gestion qui permet aux populations de déterminer les critères d’attributions des ressources et les priorités d’investissement dans les ETD. Il est basé sur quatre principes, tels que :

-réorienter les ressources publiques en direction des plus pauvres ;

– reconstruire le lien social et l’intérêt général ;

– inventer une nouvelle culture démocratique et mobiliser le sens de la citoyenneté; etc.

 Thématiques développées

Pendant ces six jours, les participants échangeront sur :

-organisation du plaidoyer ;

– identification des critères de succès de plaidoyer en RDC ;

– le lobbying et plaidoyer : concepts, les conditions, les rôles des lobbyings ;

– identification du problème central et la solution possible ; etc.

Soulignions que l’implantation de ce mécanisme de gestion permet le développement de chaque municipalité. Elle a des répercutions sur les plans provincial et national. Car, chacune des entités mettra sur pied des politiques capables de booster une meilleure gestion administrative de celle-ci. Et, la non prise en compte de cette politique a pour conséquences : l’augmentation du taux de la corruption et l’incivisme fiscal ; pas de justice distributive ; etc.

Dorcas NSOMUE                                                                        

LEAVE A REPLY

*