Budget participatif : Kalamu fixe ses priorités pour trois ans

0
34

La commune de Kalamu adopte à son tour le budget participatif. C’était à l’issue d’un atelier de formation et d’élaboration du budget participatif organisé par le Comité des droits de l’homme et développement (Codhod) avec l’appui de Cordaid. Commencés le 30 août, ces travaux se sont achevés le 1er septembre 2010. Cette municipalité a dégagé ses priorités pour l’élaboration d’un budget triennal allant de 2011 à 2013.  

         Elles l’ont été  suivant les quatre commissions mises sur pied par les participants. Sur le plan administratif, ils ont retenu la construction des bureaux des quartiers et le renforcement des capacités du personnel pour les trois ans à venir. Sur le plan économique, ils ont recommandé la création d’une salle de fête, d’une galerie pouvant abriter plus d’une cinquantaine des boutiques, d’un marché répondant aux normes généralement admises et la mise en place des mécanismes de canalisation des recettes et la motivation des agents. 

            La commission environnementale a quant à elle proposé la création d’une brigade communale d’assainissement, le curage des caniveaux et des collecteurs. Quant au curage des rivières passant par cette commune, ils ont décidé de faire des plaidoiries auprès du gouvernorat de la ville pour obtenir gain de cause. Sur le plan socioculturel, les participants ont recommandé la réhabilitation et l’équipement d’un centre d’apprentissage géré par le ministère de la Jeunesse et des Sports et l’établissement d’un partenariat avec ce ministère. Ils ont aussi proposé la création d’une bibliothèque et d’un centre de santé communal.

            A la clôture de l’atelier, le directeur exécutif de Codhod a recommandé aux participants de déterminer le rôle de chaque acteur dans l’élaboration du budget participatif et de définir les stratégies à mettre en place pour mobiliser les recettes en vue de la réussite du budget participatif.

            Le représentant des délégués des quartiers a, dans son mot,  déclaré qu’il était persuadé que la population se lancera dans la réalisation de ce budget. Il a plaidé pour que la réalisation de ce budget ne soit pas un slogan, mais une réalité. Pour lui, cet atelier est une innovation car le souverain primaire est associé au processus d’élaboration du budget.

            Le bourgmestre adjoint, Marguerite Djongo, a félicité les participants pour la réussite des travaux, car l’autorité municipale estime qu’ils ont fait bénéficier un plus à la municipalité. Elle a ensuite vivement recommandé la pérennisation des enseignements tirés de cet atelier pour le bien-être de la population. 

Jean- René Bompolonga

LEAVE A REPLY

*