«Budget participatif» : 1er semestre de 2018, Kintambo a déjà mobilisé 103 millions FC pour des projets de développement

0
25

La redevabilité est devenue l’un des principes de gestion des finances
publiques. C’est dans ce cadre que le bourgmestre de la commune de
Kintambo, Didier Litho Tenge, a présenté à ses administrés, le samedi
28 juillet à la maison communale, le rapport d’activités de sa
municipalité pour le 1er semestre de l’année en cours.
Dans ce rapport, l’autorité municipale a fait savoir à ses
administrés que sur les prévisions budgétaires de 300 millions de FC à
mobiliser pour l’exercice 2018, les services communaux ont déjà
collecté plus de 103 millions de FC     au titre des fonds propres au
travers les taxes et amendes transactionnelles, etc.
Cette activité a été organisée par la commune avec l’appui financier
du projet de renforcement de la redevabilité et de la gestion des
finances publiques ‘’PROFIT Congo’’, piloté par le COREF (Comité
d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques), dans le cadre de
la mise en œuvre du processus ‘’Budget Participatif’’. Il sied de
noter que pour l’année 2018, cette commune a focalisé ses réalisations
sur les projets d’assainissement, de construction des passerelles et
de l’éclairage public.

Quels sont les mécanismes utilisés pour obtenir ces recettes de 103
millions de FC ?
Intervenant après les explications globales du mandataire du service
d’ordonnancement, Didier Litho a fourni des données détaillées sur les
différents mécanismes lui permettant de maximiser les recettes au
profit des projets de développement. Il a précisé que les 103 millions
de FC mobilisés font partie des recettes propres grâce aux différentes
taxes que perçoit la commune en premier lieu et aux  amendes
transactionnelles en second lieu.
Les taxes proviennent des services suivants: étals des marchés, état
civil, environnement, culture et arts, IPMEA, énergie, urbanisme,
contentieux, population, habitat.
Ainsi, pour encourager les services à produire davantage, ils
bénéficient d’une ristourne de 10% sur les recettes mobilisées.

Réalisations

Depuis la mise en place de cette politique de contrôle budgétaire
basée sur la redevabilité, l’ensemble des communes s’organisent pour
l’autofinancement de leurs projets de développement. Quant à celle de
Kintambo, voici un échantillon de ses réalisations : la dotation de la
maternité de Kintambo en couveuses en vue de sauver la vie des
nouveaux-nés (une façon de lutter contre la mortalité enfantine) ;
l’éclairage public de la commune avec des panneaux solaires ; la
construction de deux bornes fontaines pour alimenter la population en
eau potable en attendant la finalisation du projet ‘’Kintambo’’ visant
à alimenter certains quartiers en eau potable par la Régideso sur
fonds propres de la commune ; le débouchage et la réhabilitation du
pont Lunda Bululu; la mise sur pied d’une politique d’évacuation des
immondices (en sélectionnant les déchets biodégradables et non
biodégradables) ; etc.

Perspectives d’avenir

Malgré ces réalisations, le bourgmestre de Kintambo estime que
beaucoup reste encore à faire au niveau interne, notamment la
formation des agents, la réforme de l’administration, l’activation de
certaines taxes qui doivent contribuer à la maximisation des
ressources financières, etc.
Pour le 2ième semestre, la commune envisage de renforcer le système
de sécurité au sein de l’administration communale et la numérisation
des documents. Et, d’ici le mois de janvier 2019, la commune sera
dotée d’une bibliothèque en vue l’encadrement de la jeunesse. La
commune envisage aussi la construction d’un bureau de quartier pour
les habitants du Camp Luka ; la construction d’un terrain de football
et de basket-ball pour les jeunes ; la fermeture des églises situées à
moins de 200 mètres des écoles et centres de formation, etc.

Que pensent les administrés ?

Dans le cadre des échanges avec la population, Le Phare est tombé sur
Jules Ilunga, membre de l’ONG ‘’Main dans la Main’’, qui a souligné
que la gestion du bourgmestre de Kintambo est très positive.
Cependant, il attend de lui la mise en œuvre effective du projet de
construction des toilettes publiques au cimetière de Kintambo, étant
donné qu’il y a certaines personnes qui vont faire leurs besoins sur
les tombeaux.
De son côté, Chantal Wedi, une résidente du quartier Nganda, a salué
cet exercice de transparence et d’explication détaillée de l’exécution
du budget mais aussi les efforts réalisés par la commune, car ils sont
palpables, surtout pour eux, bénéficiaires directs du pont Lunda
Bululu.
Didier Litho a terminé son adresse en saluant l’initiative des
tribunes d’expression populaire de PROFIT CONGO, car, à son avis,
rendre compte aux administrés est une obligation et un devoir pour
lui, puisque sans la présence de la population, son pouvoir n’aurait
pas de sens.  « Ces échanges entre nous et les habitants de Kintambo
constituent des affrontements positifs au profit de la commune en
particulier, et du pays en général », a-t-il conclu.
Dorcas NSOMUE