Budget : de Hauts fonctionnaires favorables aux réformes en Afrique

0
71

mukoko_daniel_13_01Les rideaux de la 4ème édition du Forum des Hauts fonctionnaires du Budget des Etats membres de l’AFRITAC Centre(FoHBAC) sont tombés le vendredi 28 février 2014 à l’hôtel Venus de Kinshasa. clôturée par le vice-premier ministre et ministre du Budget, le Pr Daniel Mukoko Samba, cette session débutée le 24 février 2014 sous le thème « Réformer l’Etat et consolider la démocratie par le Budget », a permis aux participants venus de 8 pays africains d’échanger sur les processus de réforme budgétaires en cours dans leurs pays respectifs. Dans le lot des pays participants : le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République centrafricaine, la république du Congo, le Tchad et la RD Congo. Y ont aussi pris part, des experts du Département des finances publiques du FMI, de la Banque Mondiale, du DFID, de l’Union européenne, du PNUD pôle Dakar, du secrétariat de l’AFRITAC Centre, ainsi que la société civile de la RD Congo.

 Plusieurs grandes idées ont découlé de ce forum qui a autant proposé une série de recommandations que préconisé des mesures rendues publiques.

            Concernant les grandes idées, il a été dégagé, entre autres, l’implication politique au plus haut niveau dans la mise en œuvre des réformes des finances publiques ; la soumission des projets d’investissement à une étude préalable et une sélection rigoureuse avant leur inscription au budget ; l’implication des ministères sectoriels chargés d’appliquer les politiques publiques dans la mise en œuvre des budgets-programmes ; la réforme des finances publiques et la réorganisation des structures administratives. « Elle n’est ni un phénomène nouveau ni facile à mettre en œuvre. Elle vise la bonne gouvernance, la recherche de la performance et le renforcement de la démocratie», a-t-on lu dans la synthèse générale de la 4ème édition du Forum des Hauts fonctionnaires du budget des Etats membres de l’AFRITAC.

            Il convient de souligner que les travaux en groupes ont permis aux participants de donner un contenu aux concepts « arriérés » et « régie d’avance ». A les en croire, ils ont cerné les causes et les conséquences des arriérés et proposé des pistes pour les éviter en vue d’assurer la crédibilité budgétaire. «La gestion des régies d’avance pour la prise en charge des menues dépenses de fonctionnement a été également développée au cours des échanges», ont-ils indiqué.

            Au chapitre des recommandations, les principales consistent à asseoir un bon portail de la politique de la réforme ; à accorder un plus grand intérêt à la consolidation des fondamentaux des finances publiques ; à concevoir, piloter, communiquer et renforcer les capacités en matière des budgets-programmes ; à promouvoir la participation citoyenne au processus budgétaire ; à mettre en place un système intégré de gestion des finances publiques et à impliquer les informaticiens dans la conception de la réforme.

                                               Résolutions de Kinshasa

            Au cours de cette session de Kinshasa, les Etats membres du FoHBAC ont pris acte de la décision d’AFRITAC Centre de leur rétrocéder le secrétariat technique du Forum. De ce fait, les Etats membres ont convenu de la mise en place d’un secrétariat technique provisoire installé et assuré par le Tchad.

            Quant au mandat du secrétariat technique provisoire, il prendra fin lors de la 5ème édition du Forum à Malabo, en République de Guinée Equatoriale en janvier 2015. Ainsi, sous l’autorité du président en exercice, le secrétariat technique provisoire est chargé d’abord de réexaminer les statuts et le règlement intérieur du FoHBAC ; ensuite de préparer la 5ème édition du FoHBAC à Malabo en collaboration avec le pays hôte et AFRITAC Centre. Par ailleurs, les Etats membres se sont accordés pour organiser la 6ème édition en 2016 au Cameroun. « Je reste convaincu que ce Forum, en tant que plateforme d’échange et de partage d’expérience, est une structure d’une grande importance sur laquelle nous devrions nous appuyer pour relever le défi de la modernisation de nos systèmes de gestion des Finances Publiques. Et j’ai l’intime conviction que les acquis de Kinshasa vont permettre à chacun d’entre vous de, au besoin, rectifier le tir, afin de prioriser les nouvelles actions à entreprendre et les stratégies à mettre en place…», a conclu le vice-premier ministre et ministre du Budget, Daniel Mukoko.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*