Budget 2013: les balises posées

0
25

 « Débat d’orientation sur la stratégie budgétaire de la mandature et la trajectoire des finances publiques », c’est le thème de l’atelier qui a été ouvert hier, lundi 20 juillet au centre catholique Cepas par Odon Nsampanga, Secrétaire général au ministère du Budget.

 Cette formation concerne les secrétaires généraux de l’administration publique, les directeurs-chefs des services, les conseillers financiers ainsi que les sous-gestionnaires des crédits. Elle s’inscrit dans le cadre de la vulgarisation et de l’appropriation de la loi budgétaire  n°11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques en Rd Congo,  dont les innovations apportent plus de clarté dans la gestion des finances  publiques. C’est notamment un budget basé sur la logique des résultats au moyen des budgets programmes, une  approche budgétaire pluriannuelle, la prise en compte des principes de la libre administration des provinces  et de la décentralisation.


    Odon Nsampanga a fait savoir aux participants  que le Vice-premier et ministre du Budget, dans la perspective du budget   2013, a initié ces discussions afin de dégager la trajectoire des finances publiques ainsi que les politiques publiques qui devront accompagner l’exercice 2013 pour plus de transparence  dans le processus de  sa confection. Ces travaux, a-t-il ajouté, ont aussi pour finalité de permettre d’aligner rationnellement les politiques  publiques dans le budget et d’assurer le financement du programme d’action du gouvernement de la République. Cet atelier devra permettre en réalité d’enrichir la stratégie budgétaire en cours, par des éléments sectoriels et publics, à travers la Fédération des entreprises du Congo, la société civile, les syndicats ainsi que les églises ; clarifier  de documents des politiques et priorité sectorielles ; rendre lisibile  la trajectoire des finances publiques pour toute la mandature en recettes comme en dépenses ; le retraçage des moyens des financements de la stratégie  et du gap ; identifier des risques et contraintes majeurs, opérationnaliser le programme d’actions du gouvernement approuvé par l’Assemblée nationale et accroître l’adhésion au programme d’actions du gouvernement et au budget. En somme, a indiqué Odon Nsampanga, les discussions en cours devront  aider l’administration budgétaire  à repérer les pistes nécessaires pour l’accroissement  de ressources afin d’effectuer des allocations budgétaires rationnelles au profit des politiques publiques.


    Reparti en deux phases, du 20 au 22 août, l’administration du budget sera face aux sectoriels, aux régies financières ainsi qu’aux syndicats. Tandis que le deuxième volet mettra aux prises  le Vice-premier ministre et ministre du Budget  face à la société civile, aux membres des commissions économiques et financières du parlement ainsi qu’aux partenaires extérieurs. Ce,  avant   que les conclusions de ces discussions ne soient présentées à l’Ecorec et au gouvernement.


VAN

LEAVE A REPLY

*