Bras de fer entre Pierre Lumbi et Me Yoko : le MSR/MP brandit son Arrêté d’agrément par le ministère de l’Intérieur

0
231

 

mSREntouré des cadres du parti, François Rubota Masumbuko, Secrétaire général du Mouvement Social pour le Renouveau, aile restée fidèle à la Majorité Présidentielle (MP), a présenté, hier mercredi 27 janvier 2016, à l’opinion nationale et internationale, l’Arrêté ministériel n° 25/CAB/VPM/Minitersec/EB/001/2016 portant enregistrement du MSR comme parti politique. « Dix ans après sa création, le parti est enregistré sous son propre nom et sans couverture juridique d’un autre parti pouvant la retirer à tout moment comme ça été le cas en novembre dernier », a déclaré le député Rubota au siège du parti, situé au croisement des avenues de la Libération (ex 24 novembre) et Mandarinier, à Gombe.

En effet, explique-t-il, cette nouvelle situation politique au MSR ne veut pas dire qu’un nouveau parti politique a été créé. « Seule sa situation juridique a été régularisée pour sécuriser sa légalité. Il n’y a donc pas dédoublement du MSR, qui ne dispose que d’un seul Arrêté d’enregistrement au ministère de l’Intérieur et sécurité », a-t-il martelé.

Parti cofondateur de la MP depuis 2006, le MSR a profité de cette annonce pour inviter ses camarades en dehors de la légalité à rejoindre leur maison, deuxième force de la famille politique du Chef de l’Etat. « Nous réitérons notre appel à tous les membres du MSR qui, malgré leur bonne foi, ont été désorientés et égarés par une certaine volonté d’altérer la vérité authentique et historique sur l’appartenance du parti à la MP, de regagner celui-ci, dont les membres leur réservent et leur réserveront toujours un accueil et une hospitalité dignes de leur rang », a indiqué le numéro 1 du parti.

Réaffirmant que la direction politique du parti est assurée sous l’autorité morale du président Joseph Kabila, François Rubota a déclaré solennellement que cette formation politique soutient irrévocablement le Dialogue national, « seul passage pouvant déboucher à un consensus national, frein à la dérive que pourraient engendrer les incompréhensions politiciennes ». « Nous ne sommes pas membres du G7. Par conséquent, cette plateforme peut revoir sa charte en considérant seulement les six autres membres ! », a-t-il exhorté.

Il convient de noter que l’Arrêté de cet enregistrement du MSR est signé par le Vice premier ministre et ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, sur une demande introduite en date du 22 janvier 2016 par quelques cadres du parti, notamment Yoko Yakembe, Kikoka Toni Honoré, Luhulu Lunghe Raphaël, Musaga Phasu Madeleine et Vahamwiti Mukesya Yira Jean Chrysostome.

Pour rappel, en septembre 2015, certains cadres du MSR ont pris l’option de rejoindre l’Opposition, allant jusqu’à rejeter le Dialogue politique voulu par une frange de la classe politique, tandis que ceux restés fidèles à la famille politique présidentielle ont réaffirmé tout haut leur appartenance à la MP et surtout la gestion du quota politique de la 2ème force politique de cette plateforme.

Tshieke Bukasa