Boulevard Lumumba : course contre la montre sur la 1ère Rue

0
51

La rivière Yolo détournée, les pluies très redoutées avant la construction des ponts

Débutés il y a quelques mois, les travaux d’élargissement et de modernisation du plus long boulevard de la capitale sont maintenant à la phase d’érection du premier pont sur l’un des petits boulevards. Précisément celui de l’aller, partant du centre-ville pour l’aéroport de Ndjili.

Les ingénieurs chinois et congolais  ainsi que leurs dépendants travaillent jour et nuit afin de parer au pressé et gagner le pari.

Le lit de la rivière a été dévié pour permettre de sécher la surface où on pourra éventuellement couler des poutres. Des sacs de sable sont jetés pour servir à cette fin. 

Refusant de se fier à nous parce que n’étant pas autorisé par sa hiérarchie, l’un des conducteurs des travaux a quand même eu l’amabilité de nous lâcher quelques bribes d’informations sur le déroulement des travaux.

On retient de celles-ci que le pont en pleine construction sera surélevé par rapport à son niveau actuel. Tout comme d’autres qui suivront, notamment ceux qui seront jetés sur l’autre bande et sur le boulevard proprement dit.

Combien de temps les travaux de ce premier pont dureront-ils ? Notre interlocuteur estime que la durée maximum est de deux mois.

C’est par là qu’il a commencé à expliquer les différentes étapes de la construction et revêtement de la chaussée.

Il y a, au total, trois couches à respecter, à savoir : la couche de fondation, de base ainsi que celle de roulement.

Pour ce qui est du petit boulevard où on est en train d’ériger le pont, on est encore au niveau de la couche de fondation. Elle sera suivie de celle de base, avant la dernière du revêtement constituée essentiellement des enrobés ou bitume.

Tous redoutent la pluie !

Habitants des quartiers riverains tout comme le maître d’ouvrage, tous craignent la tombée de grandes pluies. Car, celles-ci pourront pour la première citée aggraver la situation d’inondations auxquelles les habitants de tous les quartiers à problème sont exposés. D’autre part, cela perturbera le bon déroulement des travaux, avec le risque de recommencer à zéro, pour le maître d’ouvrage.

Une bouffée d’oxygène pour les riverains ?

Bien que le curage de la rivière Yolo ne soit pas inclus dans le contrat des travaux de modernisation du boulevard, notre source a laissé entendre qu’une fois le niveau des ponts élevé, il y a de fortes chances pour que les riverains ne soient plus embêtés par des inondations comme c’est le cas pour le moment. Au cas où on pourra en avoir, elles ne feront plus des dégâts aussi meutriers qu»’avant.                Parce que le goulot d’étranglement de la situation qui s’appelle le tirant d’air sera résolu. En effet, a-t-il expliqué, le tirant d’air qu’on a actuellement n’a pas la capacité de permettre un passage d’eau en grande quantité.

Ce qui fait que toute la saleté qu’emporte l’eau en cas de pluie se bloque au niveau du pont, empêchant l’eau en crue de couler normalement.

Tout avance au même moment

Notre source renseigne que les travaux  avancent sur plusieurs fronts. Les uns s’occupent de l’érection du pont, les autres s’attaquent déjà à l’élargissement du boulevard appelé à avoir 8 bandes (4 aller et 4 retour) à l’instar de celui du 30 juin, et les autres encore sont sur le prolongement des petits tant du côté du motel Fikin que de celui de l’avenue Funa.

            Le petit boulevard fera jonction avec l’avenue de la Foire qui conduit à Lemba. Tandis que sa réplique dans le sens retour se limitera au niveau de la 18ème rue Limete.

Par ailleurs, en faisant un petit calcul basé sur le timing des travaux du premier pont, il y a moyen d’émettre des doutes sur la fin des travaux de modernisation du boulevard Lumumba, principale et unique voie par laquelle tous les invités de marque qui viendront aux festivités du cinquantenaire de l’indépendance passeront.

Il suffit de prendre un maximum de deux mois pour le premier pont, et on voit que sa fin interviendra à la mi-avril. Et pour l’autre bande du petit boulevard, ce sera à la mi-juin à condition qu’il n’y ait pas de grandes pluies à même de perturber les travaux. Or, on tend vers la période la plus dangereuse pour les précipitations avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer, surtout qu’on vient de traverser des canicules insupportables.

Alors combien de temps prendra le pont du boulevard proprement dit ?

Voilà ce qui fait planer le doute sur la livraison de cette voie la plus importante et la plus longue de Kinshasa, avant le 30 juin 2010.

Dom

 

LEAVE A REPLY

*