Boulevard du 30 juin : un viaduc et deux échangeurs annoncés

0
96

C’est un véritable calvaire qu’endurent les usagers de la plus grande artère de la ville de Kinshasa, le boulevard du 30 juin, depuis bientôt 3 semaines.  

            En effet, sous la chaleur infernale de ces derniers jours, des bouchons interminables sont permanents sur cette importante voie conduisant au principal centre des affaires de la capitale. Avançant pare-chocs contre pare-chocs, les véhicules offrent un spectacle inédit aux piétons, notamment dans son tronçon allant de la Régideso jusqu’à l’immeuble de la Rigueur. La police de roulage débordée, la nervosité conquiert de plus en plus tout le monde : automobilistes, piétons, policiers de circulation, marchands ambulants,  etc.

 

            La raison de ce désordre, nul ne l’ignore, est à chercher dans les travaux de réhabilitation du boulevard du 30 juin commencés depuis le mois de février 2009. Selon les responsables de la cellule de Communication de l’Agence Congolaise des Grands travaux (ACGT), le numéro 1 de cette structure, Roger Busima Kataala, avait en son temps indiqué que la première vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, était d’élargir le boulevard dans un délai de 90 jours. Cependant, au fil des travaux, l’idée a totalement changé pour céder la place à la « modernisation » pure et simple de la voie. Modifiant du coup le délai imparti ainsi que la nature de travaux et le fonds alloué à son financement.

            Pour ce qui est de la « modernisation », explique-t-on, les travaux exécutés se font sur deux tronçons : Gare centrale-Socimat puis Socimat-Kintambo/Magasin. L’objectif global poursuivi est d’atteindre une chaussée de 2X4 voies de circulation avec les caniveaux, des trottoirs et l’éclairage public moderne.

            De Socimat à Kintambo/Magasin dans sa première phase, on aura une chaussée à 2X3 voies de circulation au sol pour éviter un bon nombre d’expropriation tandis que sa deuxième phase connaîtra la construction d’un viaduc de 2X2 voies et au sol 2X3 voies de circulation. A cela, il faut ajouter la reconstruction du pont Basoko et la construction d’un pont cadre au niveau de Socimat pour la traversée des eaux de la rivière Gombe. Ainsi, deux échangeurs seront érigés l’un à Socimat et l’autre à Kintambo/Magasin afin de faciliter l’accessibilité au viaduc.

 

 Questions à régler 

            Face aux problèmes récurrents des bouchons et de la régulation des trafics, l’ACGT préconise, entre autres, une forte mobilisation de la Police de roulage à tous les carrefours ; l’emprunt le plus possible, par les usagers, des routes secondaires ; l’utilisation de la marche à pieds comme cela est le cas dans toutes les grandes villes du monde quand il y a des travaux ; la sensibilisation des conducteurs sur la réduction de vitesse ; ce recours au sens unique sur les petits boulevards etc.

            L’Agence reconnaît que jusque là l’extraction, le transport des matériaux et la production des enrobés ne se font que la journée. S’agissant du travail de nuit, la question est à l’étude entre l’ACGT et CREC-7, a-t-on précisé.

            Il y a lieu de souligner que la situation actuelle du boulevard du 30 juin tend vers la fin du raccordement des caniveaux aux égouts, tandis que la chaussée du rond-point Socimat jusqu’à Mandela est complètement élargie. De Mandela jusqu’à l’Ambassade de l’Afrique du Sud, la couche de base est stabilisée. Du supermarché Peloustore jusqu’à la Gare centrale, on procède au traitement de la couche de base, à la fouille et pose des concassées pour la reconstitution de la couche de fondation aux élargissements.

                 Tshieke Bukasa 

LEAVE A REPLY

*