Bonne gouvernance : la Société Civile, demande plus de moyens

0
34

Société CivileOrganisé par le Fonds Société Civile pour la bonne gouvernance FSC (un programme du Consortium des organisations Internationales Christian Aid et Diakona), la conférence d’échange d’expériences acquises et meilleure pratique, des Organisations de la Société Civile (OSC) des appels 004 et 005 pour la promotion de la bonne gouvernance, s’est clôturée le vendredi 11 juillet 2014 dernier dans la salle Bakanja de Caritas Congo dans la commune de Barumbu, sous la présidence du directeur pays de Christian Aid, Bila Issa. Durant 4 jours, les OSC de Kinshasa et des provinces travaillant dans la thématique «bonne gouvernance en RDC» ont partagé leurs expériences, réussites, échecs  l’exécution de leur projet.

 Dans son discours de clôture, Bila Issa a rappelé que le Fonds Société Civile pour la bonne gouvernance est un programme expérimental qui a permis aux bailleurs et aux OSC d’apprendre beaucoup sur la bonne gouvernance. Le directeur-pays de Christian Aid a expliqué que la fin de ce programme FSC n’est pas synonyme de la fin des actions, car ce n’est pas en 4 ans seulement que l’on peut résoudre les problèmes de gouvernance. Ainsi, le travail va continuer sous forme d’autres projets afin que les actions commencées dans le cadre de ce programme puissent se poursuivre. Bila Issa a par ailleurs demandé aux OSC de mettre en exergue l’expérience et les leçons apprises à cette occasion, étant donné que chacun constitue déjà une brique de plus dans la construction et l’instauration de la bonne gouvernance qui doit être la pratique de tous.

Résultats atteints

Les participants ont identifié des stratégies à adopter afin d’améliorer l’efficacité de leurs projets de promotion de bonne gouvernance dans le secteur de l’éducation, de la santé, des mines, du budget participatif, de l’eau et de l’électricité.

Le FSC a collecté les leçons apprises qui seront publiées dans un document.

De leur côté, les participants ont remercié les différents bailleurs de leur appui financier, technique et matériel et de l’accompagnement rapproché dont ils ont été objet de la part de leur staff dans la mise en œuvre de l’appel 004 et 005.

Concernant les leçons apprises, ils ont noté que : – la population non organisée à la base est facile à tromper. Elle est faible, vulnérable, facilement exploitable et dominable. Une population ignorante, sous informée ou mal informée des enjeux socioéconomiques de son contexte est redoutable dans la mesure où elle pose des actes de vandalisme qui constituent des éléments de sa propre destruction. Une population suffisamment informée et formée entretient un partenariat responsable avec les différents partenaires ; etc.

Les OSC ont également profité de cette occasion pour adresser quelques recommandations au FSC telles que, rendre disponible un appui financier supplémentaire destiné d’une part à assurer la continuité des actions de plaidoyer et d’autre part, à accompagner les structures de gouvernance participative mises en place pour consolider le climat de dialogue et de concertation nécessaire pour la pérennisation des actions ; connecter et accompagner les OSC travaillant dans les différentes thématiques aux organisations disposant des financements dans leur secteur ; etc.

Aux bailleurs (DFID, Christian Aid et autres), les OSC ont demandé de bien vouloir prolonger à 2 ans au moins le mandat du FSC et de capitaliser les acquis de la mise en œuvre de l’appel 004 et 005 pour une bonne implantation de l’idée de consortium pour la bonne gouvernance en RDC.

Myriam Iragi Maroy

LEAVE A REPLY

*