Bobila Dawa au TGI/Gombe

0
1335

bobilaLa veuve du maréchal Mobutu, Mme Bobila Dawa est en conflit parcellaire avec monsieur Obambi Paul. Ils se discutent la propriété de l’immeuble  sis avenue des nations unies, N°1A, dans la commune de la Gombe. Tout a commencé juste après la chute du pouvoir du président Mobutu. Lorsqu’il s’était exilé avec toute sa famille. C’est au retour de leur exil que Mme Bobila Dawa avait appris qu’il y avait une certaine  Nelly Binda qui s’était fait passé pour propriétaire de sa parcelle devenue litigieuse.  Et celle-ci l’aurait vendu à Paul Obambi sans titre ni droit.  On note que l’audience publique d’hier mardi 24 septembre 2013, au Tribunal de Grande Instance de Gombe était consacrée à l’examen de l’appel interjeté par Paul Obambi,  qui demande au tribunal de reformuler la décision du premier juge. Laquelle  décision l’a condamné par défaut. Le dossier de sa requête est enrôlé sous le RPA 18.997.

Le tribunal après avoir  entendu la version non contradictoire de fait lui présenté par l’avocat-conseil  de Mme Bobila Dawa a retenu le défaut à charge du plaignant Paul Obambi pour son non comparution. L’appelant Paul Obambi n’a pas comparu ni personne pour le représenter lorsque la signification était faite régulièrement  à son endroit.

En effet, l’avocat de Mme Bobila Dawa a fait savoir au tribunal que la mésentente est né  lorsque sa cliente cherché à occuper sa maison après son retour au Congo. C’est à ce moment là qu’elle sera informée  de l’existence d’un certificat d’enregistrement établi au non de Nelly Binda d’une façon illégale.  C’est ainsi qu’une action était initié contre elle. Peu après elle était condamnée et tous ces documents parcellaires étaient détruits par le Tripaix Gombe. Et quelque temps après Bobila Dawa avait encore appris que  Paul le client de Nelly aussi détenait un faut document sur la même parcelle.  Et était une fois de plus attaqué par le même tribunal. Et ce dernier avait formé opposition dans le même tribunal contre cette décision qui était rendue en sa défaveur au tribunal sous le RPA 22.088. En fin de compte il était condamné.

 En ce qui concerne l’appel de ce jour, cet avocat a demandé au tribunal de le déclarer irrecevable parce que c’est une manœuvre dilatoire pour tirer les choses en longueur. Il a en outre soutenu que le tribunal avait constaté qu’il y avait défaut dans son chef et il n’a jamais comparu aux audiences.

 Murka

LEAVE A REPLY

*