Blocage de l’Accord du 31 décembre : Fayulu menace de recourir à la rue

0
350

L’accord politique signé le 31 décembre 2016 au Centre Interdiocésain pour résoudre la crise politique provoquée par la non tenue des élections présidentielle et législatives nationales dans les délais constitutionnels, n’est toujours pas mis en œuvre. L’impasse vient
d’entrer dans son troisième mois.

Hier mardi 14 mars 2017 à l’ouverture de la 2me Convention de la Dynamique de l’Opposition qui se tient dans la salle des conférences de la paroisse Notre Dame de organisée Fatima, Martin Fayulu, modérateur de cette plate-forme politique et membre du Rassemblement, a brandi la menace de recourir à la rue si le blocage persistait, pour
exiger la mise en œuvre dudit accord.

Il n’exclut pas l’hypothèse de rééditer l’exploit de janvier 2015 marqué par des manifestations populaires pour barrer la route au projet de modification de la loi électorale défendue par le vice Premier-ministre et ministre honoraire de l’Intérieur, Evariste
Boshab.

Le président de l’ECIDé a rappelé que ces manifestations avaient fait reculer la Majorité Présidentielle dans son plan visant à conditionner la tenue des élections à l’organisation préalable du recensement général de la population.
Le Modérateur de la Dynamique a appelé, à la même occasion, ses pairs
à réfléchir sur les nouvelles stratégies à adopter pour gagner la
bataille de l’alternance démocratique à tous les niveaux des
institutions de la République lors de prochains scrutins.
On signale que plusieurs acteurs de la Dynamique prennent part à cette
deuxième Convention de leur regroupement politique, notamment Claudel
André Lubaya, Fabrice Puela, Jean-Jacques Chalupa, Martin Munkokole…
Une grande déclaration de ce regroupement politique, membre du
Rassemblement, est attendue ce mercredi 15 mars 2017 à l’occasion de
la clôture des travaux.
EW
MOT DE CIRCONSTANCE DU MODERATEUR
A L’OUVERTURE DE LA 2èmeCONVENTION
Nous voici de nouveau à Fatima, lieu mythique pour l’opposition
politique congolaise, à l’occasion de la tenue de la deuxième
Convention de notre regroupement.
Avant toute chose, je voudrais remercier le Seigneur Dieu
Tout-puissant pour toutes les bénédictions qu’Il ne cesse d’accorder à
chacun de nous dans le noble combat que nous menons pour l’avènement
d’un véritable État de droit dans notre pays.
Avant nous, d’autres compatriotes s’y étaient également engagés avec
dévouement et l’un d’eux, feu le Président Etienne Tshisekedi, s’était
distingué par son abnégation et sa constance.
En remerciements à feu le Président Etienne Tshisekedi pour son sens
élevé de patriotisme et pour son héritage, je voudrais vous inviter à
vous lever pour qu’ensemble, nous puissions lui rendre un vibrant
hommage par des acclamations nourries.

Je vous remercie.

A l’ouverture de notre première convention, que j’ai eu l’honneur de
présider et qui s’était tenue dans ce même cadre de Fatima, du 04 au
06 novembre 2015, j’avais pris Pierre-Yves Bourdil en référence; lui
qui, présentant la ‘’Seconde considération intempestive’’ de
Nietzsche, affirme que ‘’la volonté de faire de l’histoire un éternel
recommencement est dommageable dans la mesure où elle étouffe la vie
en l’homme et son esprit créatif à la recherche de nouveau’’ !
Pourtant, l’aspiration du peuple au changement véritable est on ne
peut plus explicite aujourd’hui. Le peuple congolais veut du nouveau.
C’est pourquoi, nous affirmons haut et fort que la Dynamique conjure
les démons du statu quo et entend poursuivre, contre vents et marées,
le combat pour le changement jusqu’à la victoire finale.
La Dynamique de l’opposition, notre œuvre collective, a une histoire.
Elle n’est pas le fait d’une génération spontanée. A coup sûr, les
historiens retraceront ses embryons et parleront de leurs hauts faits
qui ont mis à mal le funeste projet entrepris par la mouvance
Kabiliste après le hold-up électoral de novembre 2011 consistant en la
volonté affichée de détruire la 3ème République.
– Touche-pas à mon 220, pas de présidence à vie en RDC
– Malu Malu dégage !
– Peuple congolais, réveille-toi  l’heure a sonné !
– Pas de recensement, liquidation de l’ONIP
– Retrait de la loi électorale
– La mise en veilleuse de la proposition de loi relative à
l’organisation du référendum constitutionnel
– Les meetings populaires
– Les journées villes mortes
– Les manifestations de la semaine du 19 au 25 janvier 2015 sont
autant de campagnes et d’activités que le peuple congolais s’est
approprié pour défendre l’ordre constitutionnel du 18 février 2006.
A l’invitation de feu le Président Etienne Tshisekedi, la Dynamique
de l’opposition avait pris une part active, en juin 2016, à la
Conférence de Genval, à l’origine de la création du Rassemblement des
forces politiques et sociales acquises au changement.
Depuis, le Rassemblement a pratiquement récupéré les objectifs
premiers de la Dynamique et dans ce cadre, nous avions également
organisé plusieurs actions notamment l’accueil triomphal réservé à feu
le Président Etienne Tshisekedi le 27 juillet 2016, le meeting
organisé sur l’esplanade situé entre le boulevard triomphal et
l’avenue de l’Enseignement, les villes mortes, les marches des 19 et
20 septembre 2016 etc…
Avec feu le Président Tshisekedi à la tête du Rassemblement et
conformément à l’un des engagements pris à Genval, nous avons poussé
Monsieur Kabila au dialogue selon la Résolution 2277 du Conseil de
sécurité des Nations-Unies, à l’issue duquel dialogue nous avons
signé, le 31 décembre 2016, l’Accord politique global et inclusif du
Centre Interdiocésain.
Cet accord contient 4 acquis majeurs qu’il convient de préserver à tout prix:
1- L’interdiction formelle d’entreprendre ou de soutenir une
quelconque initiative de révision et/ou de changement de Constitution
pendant la période pré-électorale et électorale. Ainsi, nous avons
sauvé la Troisième République ;
2- Ayant accompli ses deux mandats consécutifs constitutionnels,
Monsieur Joseph Kabila ne peut plus briguer un autre mandat. On ne
touche donc pas à l’article 220 de la Constitution et il n’y a pas de
troisième mandat;
3- Le pacte républicain de Sun-City est préservé,  l’alternance
démocratique est protégée et le retour à la normalité
constitutionnelle assurée par la tenue des élections;
4-      La création  de toute une institution, le Conseil National de Suivi
de l’Accord et du processus électoral, CNSA en signe, garante de la
tenue des élections cette année.
Cependant, tous ces acquis n’auront véritablement de sens qu’avec la
mise œuvre effective de cet accord qui doit se matérialiser par la
signature de l’arrangement particulier, la nomination du premier
Ministre présenté par le Rassemblement et la mise en place du Conseil
National de suivi de l’accord et du processus électoral.
C’est pourquoi, sans anticiper sur les résolutions de nos assises,
nous devons, au cours de ces travaux, être en mesure de prendre une
résolution qui met en exergue notre détermination à défendre ces
acquis en exigeant la mise en œuvre effective  de l’accord de la Saint
Sylvestre. Cette détermination ne doit pas écarter, si nécessaire, le
recours à la rue pour faire entendre notre voix. Notre objectif final
étant de construire, pour l’avenir de la jeunesse et de nos enfants,
un environnement qui permet aux Congolais de rêver et de réaliser
leurs rêves dans leur propre pays.
Notre première convention de 2015 dont le thème central était
‘’l’alternance démocratique’’ se voulait un forum de réarmement moral
des membres de la Dynamique et de mobilisation générale de la
population congolaise en vue de la tenue effective des élections dans
le délai constitutionnel.
Elle se voulait une parade contre la tentative d’étouffer les
énergies congolaises par une conception monarchique du pouvoir dans
notre pays.
Depuis, l’environnement politique a profondément changé et la tenue
d’une deuxième convention s’impose à nous pour que nous puissions
mieux nous organiser, réorienter notre action  en adaptant nos
stratégies au contexte nouveau.
Placée sous le thème central de ‘’la réaffirmation de l’identité et
du rôle de la Dynamique de l’opposition dans le combat du peuple
congolais pour l’alternance en RDC’’, nos présentes assises doivent
être un moment de critique et de profonde réflexion autour du bilan
des activités de notre organisation, une occasion de requalifier son
action afin de mieux se positionner par rapport aux enjeux présents et
à venir.
Pour ce faire, nous articulerons nos réflexions autour des questions
suivantes :
a. Que pensons-nous de l’organisation et du fonctionnement actuels de
la Dynamique ainsi que du cadre qui le régit?
b.      Quel est le bilan que nous faisons à ce jour de l’action de la
Dynamique? Quels sont les acquis de la Dynamique, les erreurs commises
et échecs enregistrés à ce jour ?
c. Quel est le rôle que la Dynamique doit jouer au sein du Rassemblement ?
d. Quel est l’apport attendu de la Dynamique dans le cadre de la mise
en œuvre de l’accord ?
e. Quels sont la place et le rôle de la femme et des jeunes dans le
combat pour l’alternance dans notre pays ?

Comme vous pouvez vous en rendre compte, il s’agit de deux jours de
travaux intenses. L’engagement et la contribution de tous sont plus
que  réclamés et je ne doute pas que nous serons à la hauteur des
attentes des milliers de congolais qui nous regardent et qui comptent
sur nous.
Si nous donnons des bonnes réponses aux questions ci-dessus, nous
serions, j’en suis sûr, en mesure de lever un coin du voile sur le
secret du Ghana qui, depuis la fin de la dictature de J. Rawlings,
connaît une stabilité qui s’exprime par les élections démocratiques
déjà de cinq présidents.
En ce mois de la femme, je félicite toutes les femmes et je les
exhorte, par leur engagement positif, à s’impliquer d’avantage pour
vaincre la médiocrité que l’on observe particulièrement dans la sphère
politique congolaise.
Sur ce, je déclare ouverts les travaux de la deuxième convention de
la Dynamique de l’Opposition et que Dieu bénisse la République
Démocratique du Congo et son vaillant peuple.

Fait à Kinshasa,
le 14 mars2017

Martin M. Fayulu
Modérateur