Bld Lumumba : bluff ou réalité ?

0
32

Malgré l’annonce de la reprise des travaux pour le lundi 26 juillet faite aux médias après près d’un mois d’inactivité, rien ne bouge sur beaucoup de chantiers qui offrent ainsi l’image d’abandon. Une situation qu’on pourrait qualifier de  mise en jachère si on était dans le secteur agricole.

Le boulevard Lumumba, une longue artère de la capitale Kinshasa, occupe dans ce lot de chantiers en état d’abandon le peloton de tête. 

            Plus d’engins ni d’ouvriers ne sont encore visibles sur le terrain, alors qu’il y a deux mois, on ne pouvait pas faire un mètre, sans rencontrer des engins chinois en pleine activité.

            Que se passe-t-il ? Chemine-t-on vers le syndrome des chantiers inachevés ? Ce sont des questions que les Kinois se posent et qui demeurent sans réponse. 

Des inquiétudes ! 

            Se référant au passé avec cette mauvaise expérience des chantiers inachevés, il y a lieu de s’inquiéter quant à la poursuite des travaux, surtout que la saison des pluies n’est plus loin.

            Et pendant ce temps, les habitants de la commune de Limete et les passagers, tout comme les automobilistes qui empruntent cette voie, généralement les résidents du district de la Tshangu et du Mont Amba et Matete,  sont exposés à d’énormes risques de maladies. En l’occurrence celles relatives à la respiration à cause de la poussière qui envahit la route durant la journée.

            Pire encore, lorsqu’on habite le long du Boulevard Lumumba ou on attend un moyen de transport pendant longtemps à l’arrêt de bus, le risque devient davantage grand.

C’est pourquoi, l’autorité doit rassurer les Kinois en leur donnant l’information exacte sur ce qui paraît comme un arrêt brusque des travaux du chantier Infrastructures routières dans la capitale.

            L’autorité doit prendre son courage de dire la vérité à la population en vue d’éviter toute rumeur sur ce dossier, car nul n’ignore que l’absence de l’information des sources officielles ouvre la voie à la radio trottoir. Ce puissant véhicule de colportage se porte à merveille à Kinshasa. 

Des dommages inutiles ! 

            Au rythme où vont les choses, certains se posent la question de savoir pourquoi a-t-on cassé dans la précipitation des stations-services installées le long du bld Lumumba. Parce que logiquement, cela ne se justifient pas du fait que rien n’est jusque là fait sur les espaces où se trouvaient lesdites stations.

Que dire du sort des travailleurs qui se sont ainsi vus renvoyés en chômage ? 

La situation est générale 

            Le boulevard Lumumba n’est pas la seule voie concernée par cette situation d’abandonner. Le problème est général sur  les chantiers de modernisation des routes amorcés à Kinshasa.

            Sur le bld du 30 juin,  les travaux n’ont pas pris fin. En passant par l’avenue du 24 novembre et du tourisme, partout la situation est la même.

            Le rythme presque marathon d’avancement des travaux auquel on a assisté à l’approche du cinquantenaire contraste à ce jour avec l’arrêt sur le terrain qui ne dit pas sa raison.

            Concernant le bld du 30 juin, le trottoir prévu n’est pas encore construit.

Même chose pour ce qui est de l’avenue ex-24 novembre où les conducteurs sont actuellement contraints au ralenti au niveau de rail (avenue Itaga), avant de retrouver la vitesse. La cause est connue: on progresse sur trois bandes du rond point Mollaert jusqu’au carrefour RTNC, puis deux bandes pour en former une seule au niveau de rail. Tout cela parce que les travaux se sont arrêtés la veille du 30 juin 2010 pour ne plus reprendre.

            Les exemples sont légion à travers la ville, et on se demande non sans inquiétude, si on n’est pas parti pour connaître le mauvais sort des chantiers non achevés devenu le lot de la République démocratique du Congo.

Dom

LEAVE A REPLY

*