Binza Ma Campagne : un fils Toto trouvé mort sur le toit du domicile familial

0
132

On ne saura jamais trouver des mots justes pour consoler la famille de Toto FURUME. Inconsolable, c’est le seul mot qui peut sortir des gorges de tous ceux qui, proches parents, amis et connaissances ont vécu le terrible drame qui a frappé dimanche dernier cette famille par la mort brutale de l’un de ses fils dont le corps a été retrouvé sans vie et en décomposition fort avancée sur le toit du domicile familial situé à Binza Ma Campagne.

 Tout est allé très vite, comme dans un film de science fiction, dans une scène comparable à celles des fantômes hantant les châteaux en Ecosse. La veille, le père avait demandé à ses enfants de faire une sorte de «  Salongo » par le toilettage du jardin. Une fois ce travail terminé, les enfants se sont succédé dans la salle des bains pour se préparer à passer à table, a indiqué un ami de cette famille aujourd’hui éplorée. Quelque temps après on a entendu un cri strident et puis plus rien.

 On a fait le tour de la maison située aux environs d’un bar restaurant dénommé Saï Saï en face de l’ancien cabinet de Roger NKEMA Liloo à l’époque Conseiller Spécial du maréchal Mobutu en matière de sécurité. Pas de trace de Papy et c’est alors que les parents ont commencé à s’inquiéter. On a lancé alors des appels en direction des amis, connaissances et proches parents jusqu’à saisir les différents commissariats de Police. Pas de trace de Papy FURUME, un jeune homme âgé de dix-sept ans.
 Pendant près de deux jours, des recherches ont été lancées dans toutes les directions mais de manière discrète pour ne pas traumatiser ses frères et sœurs. Le jour suivant, l’un de ses frères a fait état des odeurs provenant du toit, odeurs nauséabondes qui pouvaient provenir, selon lui, d’un chat ou rat d’égout qui aurait trouvé la mort sur le toit. Mais pour en avoir le cœur net et en finir avec ces  odeurs, le paternel a ordonné à l’un de ses fils de monter sur le toit pour le débarrasser de ces bestioles. Une fois sur le toit, on a entendu des cris stridents et tout le monde est sorti de la maison pour en savoir ce qui se passait. «Papa, il y a le corps de Papy étendu et couvert des mouches », a crié celui qui venait de découvrir l’horrible réalité. C’est le branle-bas. On appelle les voisins qui viennent au secours. Quelque temps après, la parcelle est envahie par des éléments de la Police, de l’ANR et du Parquet de Grande Instance de la Gombe. Le corps en décomposition fort avancée qui avait grossi démesurément est descendu par des éléments de la Croix-Rouge et conduit à la morgue de la Clinique  Ngaliema. Grâce au téléphone arabe, la nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre à travers toute la Commune de Ngaliema et ses alentours.
 
Suicide ou mort par électrocution ?

  C’est alors que des questions ont commencé à fuser de partout. Papy a-t-il été électrocuté ? S’est-il suicidé ? On ne tardera pas à le savoir, car sur instruction du Procureur de la République, son corps a été confié à un médecin légiste pour des examens d’autopsie. En attendant, la famille de Toto FURUME se trouve dans le désarroi et la consternation. On s’interroge sur les mobiles de ce décès.
F.M.

LEAVE A REPLY

*