Bientôt la Commission d’éducation civique et d’observation électorale

0
29

Ceni_1 (1)Les membres des organisations de la société civile se sont réunis, hier mardi 21 avril 2015, à la Maison des élections pour discuter du rapport de la mise en place de la Commission d’éducation civique et d’observation électorale (Educiel) en République Démocratique du Congo. Cette commission aura pour mission de sensibiliser la population sur son implication dans l’actuel processus électoral et  d’amener toutes les parties prenantes à s’imprégner totalement dudit processus. C’était en présence des membres de la plénière de la Commission électorale nationale indépendante, notamment, André Mpungwe Songo, vice-président de la Ceni, Gustave Omba Bilimono, membre de la plénière chargé de suivi des cadres de concertation et autres.

Ce rapport a été présenté par Gérard Bisambu, secrétaire exécutif de la plate-forme AETA (Agir pour des élections transparentes et apaisées). Le précité a souligné que le document n’est qu’un rapport provisoire qui attend les amendements des autres membres de la société  civile. Il a relevé que ce présent document prend en compte des questions importantes, notamment la mise en œuvre de ladite commission, les organes y afférents, ainsi que les responsabilités de chacun d’entre eux, les textes de base, etc.

Suivant les prérogatives de l’Educiel, les membres du secrétariat permanent ont, après diverses rencontres, défini les six thématiques de travail dans lesquelles les organisations membres sont rangées, selon leurs spécificités, à savoir : mobilisation  sociale et sensibilisation, communication et information, formation, production des supports, monitoring et observation, et enfin, suivi et évaluation.

Dans sa conclusion, le porte-parole du groupe de travail a circoncis le contenu en précisant que le processus étant en cours, il serait opportun et pertinent de proposer à cette étape, sous forme de conclusion ouverte ou des perspectives, des questions-défis qui non seulement méritent une attention prioritaire, mais surtout attendent des solutions  urgentes, grâce aux efforts internes des acteurs de la société civile, membres de la commission Educiel ».

             Il faudrait noter que la commission devra œuvrer pour la consolidation de la synergie et la cohésion au sein de ladite commission par la compréhension et l’appropriation de la vision. Au regard de la mission de ladite commission, la vision mérite d’être maîtrisée et bien partagée entre membres, car il est facile de constater les divergences des motivations d’engagements des organisations de la société civile au sein de cette commission. Elle sera implantée  dans les 26 provinces, puisqu’elle servira de formalisation du plan stratégique d’éducation civique et électorale.

         Soulignons que cette tâche l’élaboration du présent rapport a été confiée à l’Aeta comme structure facilitatrice en date du 15 mai 2014. Onze mois plus tard, ce rapport est contesté par les autres organisations de la Société Civile qui estiment que la structure facilitatrice a été très sélective et exclusive à leur égard.

            Ainsi le vice président de la Ceni a exhorté les membres des OSC à s’unir étant donné que le train des élections est déjà en marche et que l’Educiel doit déjà être fonctionnelle.

  Dorcas NSOMUE