Biennale Artista na Cidade 2016 : Lisbonne tend la main au Congolais Linyekula

0
44

Des chroniqueurs culturels se sont retrouvés hier jeudi 18 février 2016 à l’ambassade du Portugal à Gombe où, pendant plus d’une heure, le danseur, chorégraphe et metteur en scène Faustin Linyekula, qui avait à ses côtés l’ambassadeur du Portugal en RDC, Joao Corte- Real, a parlé de sa participation à la biennale « Artista na Cidade ».  Ce projet a la particularité de réunir plusieurs structures et entités culturelles destinées à faire découvrir au public la production variée d’un artiste expatrié.

Précédant Linyekula, Joao Corte-Real s’est dit ravi d’accueillir chez lui des chevaliers de la plume. Selon lui, ses compatriotes seraient heureux de voir Linyekula effectuer de longs séjours à Lisbonne cette année. La biennale  est un projet intéressant dans la mesure où l’invité  va nouer des liens avec des lisboètes et ses collègues portugais. A une question lui sur la possibilité de délocaliser « Artista na Cidade » vers la RDC, le diplomate portugais a laissé entendre que le métissage culturel est une bonne chose. Si cela se concrétisait, cet événement culturel pourrait alors se poursuivre sous d’autres formes mais il faudrait d’abord en parler avec les décideurs politiques congolais, a-t-il précisé.

De son côté, Linyekula a fait savoir que sa participation prochaine à ce rendez-vous culturel est le fruit d’un travail de longue haleine. Présent sur la brèche depuis plusieurs années, il avait fondé une première compagnie de danse contemporaine au Kenya à la fin des années ‘90, remporté un prix plus tard et mis sur pied en 2001 une structure pour la dans et le théâtre dénommée « Studio Kabako ». Il a effectué son premier séjour à Lisbonne en 2002.

Il a indiqué qu’il s’est installé depuis 2006 à Kisangani, dans le souci de voir des centres culturels pousser comme des champignons dans l’arrière-pays. Mais il continue à se poser la même question : que doit faire un artiste pour contribuer au développement de son pays et vivre de son art ?

C’est ainsi qu’il a initié une étude sur la situation de l’eau dans la commune de Lubunga, à Kisangani, en 2013,  et envisage d’y faire installer une unité de traitement d’eau.

          Revenant sur sa participation à la biennale, il a signalé qu’il va revisiter toute sa production artistique et se produire même dans des quartiers défavorisés de Lisbonne. Ayant déjà passé cinq semaines à Lisbonne, il  compte y retourner en mai et octobre 2016.

          Lors de ses prochains séjours en terre lisboète, lui et d’autres artistes congolais tels que Ebotani, Djodjo Kazadi….. vont jouer la pièce «Sur les traces de Dinozord », le festival des mensonges, Triptyque  sans titre…. En plus des spectacles, il est prévu des conférences et échanges avec des artistes portugais, a-t-il indiqué.

           Linyekula a fait savoir que le financement des activités de Studio Kabako  est assuré à 80 % par ses productions scéniques. Anne Teresa de Keersmaeker et Tim Etchells ont été les invités des éditions 2012 et 2014.

Jean- Pierre Nkutu