Beya wa Kabenga : nouveau PCA à l’Onatra

0
28

Le navire Onatra pris dans de fortes tempêtes suscitées par la gestion controversée de cet office par un délégué de Progosa, pourrait enfin poursuivre sa longue croisière sur les eaux du fleuve Congo dans la quiétude. A la base de ce changement de climat, la nomination par la ministre du Portefeuille, d’un nouveau président du Conseil d’administration, en la personne de Beya wa Kabenga.

            Lors de sa présentation lundi dernier, Edmond Lulengo di Lulengo, président coordonnateur de Bana St Eloi, a apprécié le message de paix que Beya wa Kabenga a adressé aux représentants de toutes les structures de l’Onatra qu’il a reçues séparément, notamment le comité de gestion, les directeurs, les syndicalistes, la police Onatra, ainsi que les retraités. 

            Rappelant les efforts consentis par la direction générale, sur fonds propres, il a cité la réhabilitation du Pier 4 au port de Matadi, la relance du trafic fluvial avec accroissement des convois fluviaux et la remise en état de 12 automoteurs qui renforcent la flotille de l’office.

            Beya wa Kabenga a reconnu qu’il a pris les commandes du bateau Onatra qui tanguait, car pris dans un vent très violent. Sa tâche n’est pas facile, surtout que cet office est miné par divers maux qu’il vient de diagnostiquer. Il s’agit de la politisation de l’entreprise, la perturbation régulière de la paix sociale, le non respect des textes légaux, les inquiétudes en rapport avec la transformation de l’Onatra et l’existence des camps rivaux. Ce n’est pas tout. Il a décelé en outre, la démotivation généralisée, l’utilisation non rationnelle des compétences, la division et la perte de crédibilité des syndicats et le laxisme dans le traitement des dossiers même prioritaires.

            Comme thérapeutique de choc, Beya wa Kabenga préconise la recherche de la paix sociale. La paix étant pour lui, l’absence de conflit dont la régulation passe inévitablement par le dialogue, et la nécessité de le rendre permanent est une exigence.

Il entend en outre, œuvrer pour le rétablissement de la confiance entre l’employeur et les agents. A ce sujet, il les a invités à unir leurs efforts et leurs compétences  dans un esprit de compréhension mutuelle et d’amour du prochain.

            Le nouveau PCA s’est ensuite dit déterminé à faire respecter les droits et obligations des uns et des autres, conformément aux textes légaux, au code du travail et de la convention collective qui régissent l’office.

Pour terminer, Beya wa Kabenga a fustigé l’absentéisme au travail, et les multiples grèves qui influent sur la production et amenuisent les moyens, avec comme conséquence, le cumul des arriérés de salaires.

            Pour sa part, l’ADGA de l’Onatra a salué la nomination du nouveau PCA comme une solution tant attendue pour résoudre les maux qui minent son entreprise.

            Après sa nomination, il y a trois ans, par le chef de l’Etat, il s’est réjoui de trouver dans le nouveau PCA, un responsable hiérarchique doté de grandes qualités morales et intellectuelles.

            Serge Basaula a souhaité la bienvenue à M. Beya wa Kabenga et invité tous les agents à lui apporter tout leur soutien dans l’accomplissement de ses lourdes tâches. 

J.R.T.

LEAVE A REPLY

*