Beya et Bimwala menacés de poursuites judiciaires

0
225

Les professeurs BEYA et BIMWALA de la faculté de Polytechnique seront déférés devant le juge pénal pour action téméraire et vexatoire, imputations dommageables, atteinte à la dignité et aux droits reconnus aux particuliers. Tel est l’un des points saillants développés hier par Léonard MASHAKO Mamba, ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire lors de son intervention à l’occasion de la séance plénière de l’assemblée nationale consacrée à la question orale avec débats.

Pour le ministre MASHAKO Mamba, le fait d’avoir accusé méchamment et sans preuve devant la Cour d’Appel de Matete leurs collègues Bertin BAGULA et le doyen LUBUNGA Pene Shako, BEYA Kamba et BIMWALA n’ont pas honoré le statut de professeurs d’université. Bien au contraire, leurs actes ont plongé les milieux universitaires dans l’émoi et l’inquiétude dans la mesure où ces deux victimes ont subi des préjudices moraux, psychologiques, financiers, matériels, etc. Bertin BAGULA et le doyen LUBUNGA Pene Shako qui atteignent la soixantaine d’âge souffraient déjà de l’hypertension et de diabète et à plusieurs reprises ils ont failli succomber pendant le déroulement de ce long procès. Des faits de notoriété publique et plus particulièrement par les deux dénonciateurs, qui, aussi curieux que cela puisse paraître, ne se sont même pas du tout inquiétés sur le sort des membres des familles de leurs collègues détenus en prison pendant plus de deux mois.

On rappelle que lors de l’audience de la Cour d’Appel de Matete siégeant en chambre foraine consacrée à l’audition des professeurs BEYA Kamba et BIMWALA, ces derniers n’ont pas pu déposer devant les juges les éléments de preuves de leurs accusations de détournement des fonds destinés à la prime des professeurs et aux ingénieurs commis au contrôle des travaux de réfection du boulevard Lumumba. A la surprise générale de l’assistance, les deux professeurs se sont présentés non pas comme accusateurs mais en qualité de dénonciateurs, ce qui, aux yeux de la Cour d’Appel, n’enlève en rien leur responsabilité dans l’acte d’accusation.

En effet, le ministre MASHAKO Mamba avait été chargé par la présidence de la République de remettre la somme équivalente de 100.000 dollars Us pour payer la prime des professeurs de la faculté Polytechnique. A l’issue d’une assemblée générale tenue à la faculté Polytechnique, il fut décidé que cette cagnotte soit répartie non seulement aux professeurs mais à tous les agents scientifiques, administratifs et autres. De sorte que tout le monde s’y retrouve et qu’il n’y ait pas des grincements des dents de nature à perpétuer un climat de méfiance et de haine. Les professeurs BEYA et BIMWALA ont touché leurs primes et c’est après qu’ils ont saisi le parquet général près la Cour d’Appel de Matete sur la base des accusations mensongères et fallacieuses. Bertin BAGULA et LUBUNGA Pene Shako furent jetés comme des malfrats à la prison centrale de Makala où ils ont passé plus de deux mois. Comme les accusateurs n’ont pas pu démontrer les infractions de détournement à charge des prévenus, la Cour d’Appel de Matete a carrément prononcé la libération pure et simple de Bertin BAGULA et LUBUNGA Pene Shako. Affaire à suivre.

Castro   

 

LEAVE A REPLY

*