Bemba acquitté… fête à Kinshasa

0
228

Après dix ans de procédure, ce qu’on s’est accoutumé à appeler « Affaire Jean-Pierre » à la Cour Pénale Internationale (CPI) a  connu son épilogue le vendredi 8 juin 2018. Au moment où le juge d’appel s’apprêtait à frapper son marteau sur la table pour la dernière
sentence,  cadres et militants du Mouvement de Libération du Congo (MLC), yeux rivés sur des écrans géants  placés au siège national du parti, dans la commune de la Gombe, et à la permanence de l’Interfédérale, sur l’avenue de l’Enseignement, à  Kasa-Vubu ont retenu leur souffle.

Dès qu’il a annoncé que le Sénateur Jean-Bemba était acquitté, c’était l’explosion de joie au centre-ville et à travers les cités populaires de Kinshasa. Des foules sorties de nulle part ont envahi les principales artères de la capitale, rameaux en mains, drapeaux et effigies de Bemba en l’air, sifflets et autres vuvuzela, pour savourer cette « victoire judiciaire ».  Le Palais du peuple, où se tenait une plénière consacrée à l’oral de Corneille Nangaa au sujet de l’enrolement ou non des Congolais de l’étranger, a été aussi pris dans l’engrenage. La séance a été sérieusement perturbée avec l’entrée en
retard et en catastrophe d’une de sœurs de JP Bemba, députée nationale
de son état, qui s’est mise à distribuer des accolades à ses collégues
élus du peuple, essentiellement ceux de l’Opposition.
Contrairement aux audiences passées, celle de vendredi a été de très
courte durée. Le député national Lenga, cadre du MLC, avocat de son
état, s’est dit très satisfait du prononcé du jugement, car, selon, le
dossier était réputé vide depuis le début du procès.
En ce qui concerne son retour au pays, il a noté que sa sécurité doit
être assurée avant de fouler ses pieds en RDC mais qu’en tant que fils
de Dieu, il va être orienté par son Dieu en qui il croit.
Craignant une plainte lancée contre lui par le régime de Kinshasa
avec tout ce qui s’était passé en aout 2006 et mars 2007 après les
manoeuvres, il a répondu que les manies du pouvoir sont connues,
surtout à l’approche des élections. « Le peuple constitue une force,
surtout qu’il l’attend  de pied ferme. Sachez que l’on peut faire tout
sur mesure, mais à un moment donné, vous serez dans l’incapacité de
faire de mauvaises planifications sur les créatures de Dieu », a-t-il
lâché en substance.
Expliquant comment Bemba a été acquitté, le président de
l’Interfédérale de Kinshasa du MLC, Valentin Gerengbo, a reconnu qu’il
y a eu certes des crimes en Centrafrique mais celui qui l’a commis
n’est pas connu. Ce, dit-il, en s’appuyant sur l’article 28 du Statut
de Rome où on n’a pas prouvé  que JP Bemba ait exercé le contrôle
effectif de ses hommes.
Et de renchérir qu’on n’a pas pu établir les liens de causalité entre
les gens qui ont commis des crimes et Jean-Pierre Bemba.

Jr Ekofo