BCC : le taux directeur revu à la baisse

0
48

banque-centrale-bcc« …En vue d’accompagner la croissance économique et amener les banques à soutenir la reprise de l’activité économique, le Comité de politique monétaire a décidé de baisser son taux directeur en le portant à 2,0% contre 3,0% antérieurement. Quant au coefficient de la réserve obligatoire, il reste fixé à 8,0% pour les dépôts à vue et à 7,0% pour les dépôts à terme.

La régulation de la liquidité devra se poursuivre via la fourchette d’appel d’offres des BTR ». C’est la principale décision de la 10ème réunion ordinaire du Comité de politique monétaire et des opérations bancaires de la BCC (Banque centrale du Congo), présidée le vendredi le 8 novembre par le Gouverneur Deogratias Mutombo Mwana Nyembo.

Comme d’habitude, cette réunion sert de jauge à l’évolution des marchés dans divers secteurs de la vie nationale.

Les dernières estimations réalisées à partir des données de la production à fin septembre 2013 indiquent que la croissance du PIB réel reste robuste, Car respectivelment enregistrées à la hauteur de 7,9%, 7,8% puis 8,0% sur base des données provisoires à fin avril, juillet et août 2013.

S’agissant  du marché des biens et services, : le Comité monétaire affirme que les prix sont sous contrôle. Le taux d’inflation s’est établi à 0,85% en cumul annuel. La tendance montre que les taux d’inflation annualisé et en glissement annuel pourraient atteindre 1,01%.

Sur le marché des changes, le cours indicatif s’est établi à 921,8 CDF le dollar américain après avoir connu une appréciation de 0,28% d’un mois à l’autre, et une appréciation annuelle de 0,42%.

Les réserves se sont accrues de 53,3% millions USD au cours de cette année 2013, s’établissant ainsi à 1.697,4 millions USD à fin octobre. Elles correspondent à 9,1 semaines d’importation des biens et services.

Sur le marché monétaire, on indique qu’en plus de l’absence du refinancement des guichets de la BCC, une baisse des transactions des opérations a été observée au cours du mois d’octobre. 17,1 milliards de CDF ont été prêtés sur le segment de marché contre 64,4 milliards à la même période en 2012.

            S’agissant du marché de BTR, l’encours global s’est stabilisé à 195,0 milliards de CDF au 31 octobre conduisant à une ponction annuelle de 100,0 milliards de CDF. La situation est due à la surliquidité bancaire en dépit du relèvement du coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts à vue, souligne le communiqué de la réunion.

« Tous les objectifs de la politique monétaire sont sous contrôle. La base monétaire au sens strict et la masse monétaire hors provisions et dépôts en devises sont en-dessous de leurs cibles respectives ».

Dom

LEAVE A REPLY

*