BCC : le nouveau gouverneur tient sa 1ère réunion du Comité de Politique Monétaire

0
44

Le nouveau gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, a présidé, le vendredi 24 mai 2013, sa toute première réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire. Cette rencontre a essentiellement porté sur l’évolution de la conjoncture économique jusqu’en date du 23 mai 2013, avant d’envisager les perspectives pour le reste de l’année en cours.

            En effet, à en croire le patron de la BCC, le cadre macro-économique continue d’afficher une stabilité remarquable qui se révèle aussi bien  sur le marché des biens et services, le marché des changes que sur le marché monétaire.

            Concernant le marché des biens et services, la variation du niveau général des prix reste marquée par la stabilité. « Cet état de choses est confirmé par le comportement  du taux d’inflation en rythme hebdomadaire, qui s’est situé à 0,013% contre 0,022% portant le cumul à 0,29%. Dans ces conditions, l’année pourrait se clôturer avec un taux de 0,71%, face à un objectif annuel de 6,5% », a indiqué le gouverneur de la BCC.

S’agissant du marché des changes, il est demeuré globalement calme. Le taux de change, fait-il savoir,  est resté contenu dans la fourchette de 915 et 923 CDF. Au 22 mai 2013, le taux interbancaire et le taux parallèle se sont situés à 918,31 CDF et 922,54 CDF respectivement.

            Quant au marché monétaire, il est à noter que le guichet des prêts à court terme est demeuré inactif tandis que celui des facilités permanentes reprend son dynamisme. Selon Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, en cumul, les transactions dénouées sur le marché  monétaire ont atteint 16,4 milliards de CDF au 22 mai. « A la même date, le volume des opérations effectuées à l’interbancaire se chiffre à 65,0 milliards de CDF contre 5,6milliards à la même  période de 2012 ».

            L’accalmie qui est actuellement observée sur ces différents marchés s’expliquerait  notamment par la poursuite de la coordination des politiques conjoncturelles et par les capacités d’analyse de l’évolution de la liquidité et d’anticipation des chocs.

            A en croire le gouverneur de la Banque Centrale, tous les objectifs de la politique monétaire sont sous contrôle. «La base monétaire au sens strict et la masse monétaire hors provisions et dépôts en devises sont en-dessous de leurs cibles respectives », explique t-il, tout en ajoutant que le comité de politique monétaire décide de maintenir inchangé le dispositif de la politique monétaire à savoir le taux directeur à 3% et le coefficient de la réserve obligatoire à 7%. « La régulation de la liquidité devra se poursuivre via la fourchette d’appels d’offres des BTR », précise-t-il.

            Il convient de souligner que sur le plan international, le gouverneur Mutombo a renseigné que les effets de l’austérité budgétaire se font déjà sentir dans la zone Euro. A titre exemplatif, au cours du mois de mars 2013, un excédent commercial de 22,9 milliards d’euros a été réalisé. Cependant, souligne-t-il, ceci découle non pas d’une amélioration des exportations mais d’une contraction des importations consécutives à celle de la demande. « Face à cette situation, la Banque centrale Européenne a adopté une politique monétaire très accommodante à l’effet de soutenir l’activité économique ».

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*