BCC : lancement le 2 juillet des billets à valeur faciale élevée

0
46

Les membres de la Commission économico-financière du gouvernement ont terminé lundi 04 juin, leur réunion hebdomadaire présidée par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, et consacrée à l’examen de la conjoncture économique et à l’exécution du plan de trésorerie, avec une seule et importante décision.

En effet, à la suite du constat de la stabilité des fondamentaux de notre économie sur une période relativement longue, cette structure gouvernementale vient de réaliser que les conditions économiques propices sont enfin réunies pour le lancement sur le marché financier, des coupures à valeur faciale élevée. D’où la décision d’injecter à la date du lundi 2 juillet, des billets de banque de 1.000, 5.000 et 10.000 FC.
       L’annonce a été faite le même lundi, par le Vice-premier ministre et ministre du Budget, au sortir de cette rencontre à laquelle avaient pris part le ministre délégué des Finances auprès du Premier ministre, le ministre de l’Economie et le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Jean-Claude Masangu.
Dans les milieux économiques et financiers, la nouvelle a suscité des sentiments mitigés. Le lancement de ces billets, a fait remarquer un banquier, pourra d’une part, résoudre une série des problèmes liés notamment à la manipulation, au transport, à la gestion des liquidités  et à la réalisation de grosses transactions financières. Ainsi, on ne pourra plus trimballer des sacs  et des malles d’argent, alors qu’il est plus facile de se déplacer avec un petit paquet de grosses coupures.
D’autre part, on relève que l’impression de ces billets aura un coût moins élevé pour l’Institut d’émission par rapport à ses futures commandes.
 
        Et la Banque centrale du Congo s’attelle actuellement à étudier des mécanismes d’encadrement de ces coupures à valeur faciale élevée, de manière à prévenir tout dérapage. Non seulement, des précautions seront prises, avons-nous appris, pour que le marché ne puisse pas connaître la crise de petites coupures, mais que des mesures de surveillance et de contrôle seront renforcées pour lutter contre la thésaurisation d’anciens comme de nouveaux billets de banque, comme cela a été le cas, lors du lancement des coupures de 100, 200 et 500 FC.
 
        Dans les couloirs de la Banque centrale, on laisse entendre que toutes les dispositions seront prises à temps pour assurer une réussite totale de cette opération  et garantir une gestion toujours stable et équilibrée des liquidités et des prix. 
Cependant, signalons que le lancement de ces billets à valeur faciale élevée va certainement engendrer quelques problèmes qu’il nous faut relever. Il s’agit d’abord, des difficultés de change qui vont se poser lors des transactions commerciales. Avec un billet de 10.000 FC, les chauffeurs de taxi et les receveurs de bus s’arracheront certainement les cheveux pour trouver la différence pour les clients pressés. Ce problème, on le sait, risque d’entraîner d’autre part, la démonétisation de petites coupures. En effet, avec la culture introduite dans les commerces, c’est l’occasion tant rêvée par les opérateurs économiques véreux de procéder à la rétention des stocks pour opérer par la suite une augmentation des prix de leurs produits.
 
       Pour certains économistes, le lancement de ces nouveaux billets de banque doit être précédé d’une campagne de sensibilisation des opérateurs économiques. Le ministère de l’Economie est appelé à accompagner cette opération par des mesures d’encadrement des prix, si l’on ne veut pas assister à une flambée généralisée des prix sur le marché.    
Pour la petite histoire, l’impression de ces coupures, a été réalisée depuis deux ans, et l’injection sur le marché financier gelée compte tenu du fait que les conditions pour ce faire, n’étaient pas encore propices. Aujourd’hui que le risque de turbulences est écarté, la stabilité des fondamentaux de l’économie va à coup sûr, servir de rampe de lancement aux coupures à valeur faciale élevée que beaucoup sont curieux de palper.
 
 J.R.T. 

LEAVE A REPLY

*