BCC : bilan largement positif malgré les difficultés

0
38

En dépit des difficultés de tous ordres auxquelles elle a été confrontée durant l’exercice 2011, ainsi que des menaces du déferlement de la crise économique qui sévit aux Etats-Unis et au sein de l’Union européenne, pouvant se propager prochainement en Afrique, la Banque centrale du Congo a enregistré dans la conduite de la politique monétaire et de change, un bilan que le gouverneur Jean-Claude Masangu a qualifié de largement positif.

Il a fait cette révélation, vendredi 23 décembre  dernier, à l’occasion de la 13 éme réunion ordinaire du Comité de politique monétaire élargi qu’il a personnellement présidée et qui devait faire, outre l’évaluation de son action en 2011, examiner l’étude sur l’application de la règle de Taylor pour la détermination du taux directeur de la BCC, les perspectives de réalisation des critères quantitatifs du PEG II à fin décembre 2011, l’analyse de la conjoncture au 21 décembre 2011 et les perspectives pour 2012.

La priorité a été accordée à l’étude relative à la règle de Taylor tel qu’elle est adaptée au contexte économique de la RDC et portant sur les dix dernières années. A ce sujet, les membres du Comité de politique monétaire ont reconnu la pertinence de cette étude, avant d’examiner les conclusions et les recommandations formulées dans le cadre du renforcement du cadre analytique sous-tendant le processus décisionnel en matière de politique monétaire.
Coïncidence heureuse, l’étude de cette règle a confirmé la justesse des décisions prises en son temps par l’Institut d’émission en matière de gestion du taux directeur au cours de la période examinée par l’étude. Et pour un choix judicieux des méthodes de gestion de cet instrument, les membres du Comité de politique monétaire ont recommandé à l’Institut d’émission, de poursuivre les échanges dans ce domaine avec les autres banques centrales et le Fonds monétaire internationale, en vue de peaufiner et de valider le modèle mis en oeuvre.

 Lors du point de presse présidé par la suite, par le gouverneur Jean-Claude Masangu, en même temps qu’il a été noté la satisfaction du Comité de politique monétaire de constater que les critères quantitatifs du Programme économique du gouvernement II ont été respectés, notamment le plancher des avoirs extérieurs nets, ainsi que les plafonds respectifs des avoirs extérieurs nets et du crédit net à l’Etat, une recommandation a été faite pour un suivi rapproché de tous ces critères.

Pendant des échanges sur l’examen de la conjoncture, les membres de cet organe-conseil du gouvernement ont procédé à une évaluation globale de la situation macro-économique en 2011, marquée par la stabilité de l’activité économique et de trois segments du marché, notamment des biens et services, de change et monétaire. Et ce, en dépit des incertitudes internes et externes, liées principalement à la période électorale et aux turbulences économico-financières qui secouent les économies de principaux pays partenaires de la RDC.
La satisfaction des membres du Comité de politique monétaire se justifie également par le fait qu’au regard des prix des biens et services, le taux d’inflation enregistré depuis le début de l’année s’établit à 15,38 % au 23 décembre 2011 contre une cible annuelle de 17 % retenue dans le PEG II.

Combinaison idoine satisfaisante des politiques budgétaire, monétaire et de change

Aux yeux de ces représentants de services importants de l’Etat, la tendance observée est que le taux d’inflation à fin décembre devrait se situer autour de 15,4 %, soit un niveau inférieur au taux cible du PEG II.
Contrairement aux anticipations de nombreux agents économiques, le marché de change en 2011, a noté le gouverneur de la BCC, a été remarquablement stable. Comparé au niveau observé à fin 2010, il retient que le cours de change de la monnaie nationale par rapport à la devise américaine, a connu une appréciation notable. Il était de 1,2 % pour le cours indicatif, de 2,1 % pour le cours libre et de 2,9 % pour cours parallèle.
Après une tendance baissière au premier trimestre, les taux d’intérêt réels sur le marché monétaire, se sont progressivement améliorés, a indiqué le président du Comité de politique monétaire, avant de justifier que c’était en raison de la décélération continue de l’inflation au second semestre. Ainsi, la marge de positivité du taux directeur s’est établie à 8,5 points contre 2,6 points à fin juin 2011.

Le gouverneur Jean-Claude Masangu a souligné d’autre part le fait que l’exécutif et la BCC ont su maintenir le cap en matière des politiques macro-économiques, avec la combinaison idoine des politiques budgétaire, monétaire et de change, dans le souci de préserver la stabilité macro-économique et de soutenir la dynamique de la croissance économique en dépit d’un environnement interne et externe difficile.
Après un resserrement au début de l’année, la politique monétaire, a fait remarquer Masangu Mulongo, a été assouplie au second semestre, avec le réajustement du taux directeur à la hausse. En effet, alors qu’il était de 22 % à fin décembre 2010, il s’est situé à 29,5 % en janvier 2011 avant de subir une révision à la baisse de 24,5 % en octobre.

Réconfortés par le maintien de la stabilité macro-économique et des perspectives conjoncturelles à court terme, le Comité de politique monétaire a pris deux décisions importantes, dont l’assouplissement de la politique monétaire avec à la clé, la baisse du taux directeur de 4,5 points. Ainsi, ce taux passe de 24,5 % à 20 % et la marge de positivité effective de 8,5 à 4,6 points.
Quant aux perspectives d’avenir pour 2012, le gouverneur Jean-Claude Masangu a inscrit à l’agenda de la BCC, un paquet d’actions pour renforcer et améliorer l’efficacité de l’Institut d’émission. C’est dans ce cadre qu’il a entre autres efforts, envisagé d’accroître les réserves de change de la BCC qui doivent passer de 1, 3 milliard à 1,5 milliard de dollar.

A l’issue de ce point de presse, les journalistes couvrant les activités de la Banque centrale du Congo en ont profité pour présenter, par la voix de leur doyen Jean Rigobert Tshiamala, leurs meilleurs vœux de santé, de bonheur et de prospérité au gouverneur de la BCC, aux directeurs et cadres de commandement et aux membres de la haute direction, pour la Noël et le Nouvel an 2012. Ils ont reconnu la somme des efforts déployés sous la direction de Jean-Claude Masangu qui s’apparentent aux douze travaux d’Hercule et qui lui valent une fière chandelle, surtout avec la réalisation du chantier de modernisation de l’Institut d’émission marqué dernièrement par le lancement du logiciel Banking supervision application qui place la BCC sur l’orbite des banques centrales modernes du monde.
Sensible à ces mots, le patron de la BCC a remercié les chevaliers de la plume pour cette expression de l’esprit de collaboration et la marque de sympathie manifestée à son égard et à celui de ses collaborateurs. Il a terminé par leur souhaiter aussi les mêmes vœux pour l’année nouvelle.

J.R.T.

LEAVE A REPLY

*