Bas-Congo : décès en prison de l’ancien ministre provincial de l’Agriculture

0
227

raymond_nsumbu_badika_lukauL’ancien ministre provincial de l’Agriculture au Bas-Congo, Raymond NsumbuBadika, est décédé en milieu de semaine dernière en prison, à Matadi, où il était en détention préventive depuis près d’une année. Selon des sources pénitentiaires, il serait mort de maladie.

            Accusé de détournement des fonds destinés à la campagne agricole 2013 dans cette partie de la République, le précité avait été arrêté à Kinshasa sur réquisition du Parquet général de Matadi, saisi par une plainte du gouverneur du Bas-Congo Jacques Mbadu. Selon l’acte d’accusation, il aurait modifié la liste d’organisations non gouvernementales et confessionnelles approuvée par le gouvernement provincial, qui devaient bénéficier des fonds destinés à la relance des activités agricoles, au profit de structures fictives, dont deux lui appartiendraient en propre.

 

Qui est responsable de cette mort ?

            La question fait débat. Du point de vue de ceux qui sont contre l’impunité, le décès de Raymond NsumbuBadika ne devrait être imputé à personne, car il a trouvé une mort naturelle dans son lieu de détention.

            Mais dans son entourage, on pointe un doigt accusateur en direction des autorités politiques et judiciaires qui l’auraient empêché de se faire soigner, alors que son état nécessitait une évacuation vers un centre médical approprié. On soutient qu’on a laissé mourir l’ancien ministre de l’Agriculture pour lui ôter toute possibilité de se défendre et d’éclabousser les véritables détourneurs de la cagnotte agricole venue du gouvernement central. On s’étonne, dans sa famille biologique, que Raymond NsumbuBadika soit resté sans jugement pendant près d’une année, alors que les faits mis à sa charge exigeaient une procédure d’urgence. Cette lenteur de la machine judiciaire est fort suspecte et pousse d’aucuns à croire à un règlement de comptes.

Kimp

LEAVE A REPLY

*