Barumbu en voie de se doter d’un budget participatif

0
17

La commune de Barumbu est en voie de se doter d’un budget participatif. C’est ce qui se dégage à l’issue de l’atelier de formation et d’élaboration du budget participatif organisé à la paroisse Saint Eloi du 23 au 25 août 2010. Les participants à cet atelier, à savoir les chefs de services déconcentrés, chefs des quartiers, chefs des rues, notables, opérateurs économiques, artistes et organisations communautaires de base ont défini les axes prioritaires devant intervenir dans ce budget participatif triennal, allant de 2011 à 2013. 

            Ces axes prioritaires sont repartis en quatre branches. La première a trait à la gouvernance administrative. Les participants recommandent alors la réhabilitation et l’équipement de la maison communale ; la définition des mécanismes dans la gestion participative, de mobilisation et de canalisation des recettes et l’équipement et fonctionnement des bureaux des quartiers. La seconde branche est relative à l’économie. Pour cela, ils préconisent la création d’un fond rotatif de développement pour appuyer les initiatives de la population (microfinance) ; l’aménagement des trottoirs et la création des parkings payants ; la réhabilitation et modernisation du marché Tshimanga.

            La troisième branche est environnementale. Les participants à ces assises préconisent, en ce qui concerne l’insalubrité, l’éducation environnementale des populations, la construction des ouvrages sanitaires, l’évacuation des immondices et le curage des caniveaux. En ce qui concerne l’électricité, ils plaident pour le renouvellement des câbles en vue de l’éclairage public. Enfin, dans la branche socio-culturelle, ils proposent la création d’une mutualité de santé, la création d’un cercle culturel pour jeunes, la création d’un centre de récupération et de formation des métiers, la création d’un centre de réinsertion des personnes vivant avec handicap.

            Après avoir identifié les priorités devant faire l’objet d’investissement dans la commune de Barumbu, Henri Christin Longendja, directeur exécutif du Comité des droits de l’homme et développement (Codhod), la structure qui a organisé cet atelier avec le concours de Cordaid, a invité les chefs des services et les chefs des quartiers à produire l’état des besoins annuel et chiffré dans leur secteur en tenant compte des axes prioritaires retenus lors de l’atelier. Il leur a recommandé aussi de dire combien ils sont capables de mobiliser pour le budget de la commune. Il leur a accordé tout au plus une semaine pour cette tâche car le document serait attendu au ministère du Plan.

            A la clôture de l’atelier, le mercredi 25 août 2010, Mafuta, le représentant des délégués des quartiers, a dans le mot des participants, remercié les organisateurs de l’atelier. Il estime qu’à travers cette rencontre que le moment de la démocratisation tant attendu est venu. « Maintenant, le souverain primaire pourra palper la gestion de la chose publique », a-t-il dit. Il a terminé en prenant l’engagement de collaborer avec les autorités locales.    

            En clôturant l’atelier, le bourgmestre adjoint Hyppolite Nzita a émis le vœu de voir Barumbu prospérer au regard des priorités retenues et de l’engagement des uns et des autres à s’impliquer dans la réalisation du budget participatif de la commune. Il a souligné que Barumbu ne va ménager aucun effort. Il assuré l’assistance de la totale implication de la tutelle dans cette œuvre. 

Jean- René Bompolonga

LEAVE A REPLY

*