Bandundu : lancement retardé des J.N.V. contre la Polio

0
45

Dans la ville de Bandundu, chef lieu de la Province du même nom, la Campagne des « Journées Nationales de Vaccination contre la Poliomyélite » (J.N.V.) a été officiellement lancée le samedi, 30 avril 2011 dans la matinée, par le gouverneur ad intérim, Maître Vicky Mboso, en présence de plusieurs personnalités. On a noté la présence du président de l’Assemblée provinciale, Boniface Ntwa Boshiewa ; du ministre de la Santé, Philippe Akamituna ; du Maire de la Ville et de plusieurs représentants du Comité Interagence pour le Programme Elargi de Vaccination (P.E.V.). Cette brève cérémonie, a eu pour cadre le gouvernorat de la ville de Bandundu. Sur le plan national, ce lancement officiel était prévu, pour toutes les provinces, le 28 avril 2011, et presque toutes les provinces ont respecté cette date.

 

          Pour la province de Bandundu, une conjugaison de circonstances malheureuses a fait retarder de deux jours ce lancement : le premier jour a coïncidé avec la tension politique provoquée la veille par la mort par balle de « Ya Beto mosi », un boucher célèbre de la ville. Balle perdue tirée par la police qui tentait de disperser les manifestants qui exprimaient leur désapprobation à l’encontre de l’arrêt de la Cour suprême réhabilitant le gouverneur Ndambu Wolang. Le deuxième jour, le 29 avril, a vu une pluie abondante arroser la Ville et se mêler à cette tension pendant tout l’avant-midi. A tel point qu’aucune autorité n’a osé se hasarder pour organiser ce lancement.
           Toutefois, au niveau du Bureau de la Zone de santé de Bandundu et des aires de santé, les vaccinateurs, les superviseurs nationaux et provinciaux et les leaders d’opinion n’ont pas attendu le lancement officiel et sont descendus sur terrain pour vacciner, dès le premier jour. Cette détermination des opérateurs sanitaires a permis à la campagne de débuter.
 
Le gouverneur a promis de bouter la polio hors des frontières
provinciales

          En prenant la parole en cette circonstance, Me Vicky Mboso a, de prime abord, rappelé que le secteur de la Santé fait actuellement l’objet du ‘5ème Chantier de la République’, donc du Programme initié par le Chef de l’Etat pour son mandat actuel. L’impact de ce secteur sur la vie nationale, constate le Gouverneur intérimaire, est évident, du fait que l’avenir de notre pays sera fait par les générations futures qui sont constituées dès à présent, par  les enfants que nous avons dans nos familles. C’est justement cette réalité, note-il, qui a fait que le gouvernement de la République, ne lésine pas sur les moyens pour travailler au mieux des intérêts de sa population. Selon lui, cela a été démontré le 25 avril dernier, lorsque le Gouvernement a convoqué tous les gouverneurs de province dans la capitale avec pour objectif : l’engagement de toutes les provinces dans la lutte pour éradiquer la poliomyélite sur l’ensemble du territoire de la Rd Congo.
          S’exprimant expressément sur la campagne contre la poliomyélite dans sa province, il a dit qu’il prenait l’engagement au nom du gouvernement provincial de poursuivre cette lutte avec le concours de tous les partenaires pour l’éradication définitive de ce fléau sur l’ensemble du territoire provincial. Par ailleurs, en introduction, Philippe Akamituna, ministre de la Santé, a tenu à remercier tous les prestataires sanitaires et les partenaires en développement, particulièrement ceux du Comité d’Interagence pour le Programme Elargi de Vaccination (P.E.V.). Il  a cité certains, dont l’UNICEF, l’OMS, le Japon, le Canada, etc, pour leur implication dans cette campagne. Il s’est dit convaincu qu’elle aboutira à l’éradication pure et simple de la circulation du poliovirus sauvage dans notre pays. Tout en faisant l’historique de la réintroduction du poliovirus sauvage dans notre pays à partir du territoire voisin de l’Angola, il a dit que pour lui, quel que soit le succès qu’on obtiendra de cette opération, il faudra le consolider par l’organisation d’une vaccination de routine et la bonne gestion des ressource.
          La cérémonie a été clôturée par des conseils et l’enregistrement de quelques nouveaux-nés de moins de trois mois dans les registres de l’Etat civil : opération qui était couplée sur terrain à celle de la campagne de vaccination.

SAKAZ (Envoyé spécial à Bandundu)

LEAVE A REPLY

*