Bandalungwa : des bandes des Kuluna se préparent à une guerre à la machette

0
63

Dans notre article intitulé « Déferlement de violences à Bandalungwa », publié dans l’édition du lundi 23 août, nous nous sommes fait l’écho des réactions enregistrées dans les milieux des délinquants et autres marginaux de cette commune, au sujet de la mort de Iza, de son vrai nom Bodo Jocelin, 22 ans, résidant sur avenue Kivunda n°48, quartier Adoula, ressentie par les membres de son écurie, comme une déclaration de guerre. 

            L’écurie adverse «  Evolution » qui a perpétré ce crime, a rétorqué que ces menaces ne l’effrayent pas, et qu’elle est prête à balayer les représailles brandies lors des funérailles d’Iza. Pour ce faire, «  Evolution » a battu le rappel de toutes ses troupes et se prépare à ce qu’il conviendrait d’appeler la «  guerre à la machette ».

            C’est le genre de duels comme qu’on  connu sdans d’autres communes, où les écuries adverses se sont impitoyablement affrontées à l’arme blanche en pleine journée, faisant des morts et des blessés sur le champ de bataille.

Deux jours après l’inhumation de ce jeune kuluna, la tension est toujours vive à Bandalungwa où les autres marginaux ont donné de la voix pour dire leur détermination à écraser toute velléité de domination d’où qu’elle vienne. Chaque bande des kuluna jurant de défendre son territoire jusqu’au sacrifice suprême. Il y a actuellement six écuries qui font parler d’elles, notamment «  Evolution », «  Vietnam Force », « Câble», « Racinés », « Euroviet », et « Les Zoulous ».

C’est la levée des boucliers dans cette commune aujourd’hui embarquée dans le tourbillon de la violence urbaine.

            On ne peut que se réjouir du coup de filet opéré la semaine dernière par le Bataillon de la police d’investigations criminelles.

            Les limiers de cette unité spécialisée de la Police, avons-nous appris à Bandalungwa, sont parvenus à appréhender deux membres importants de la bande à « général Ken ». Il s’agit de

            Charly Masudi mieux connu sous le sobriquet de Mandjendje, 22 ans, habitant sur avenue Kivunda n°59, quartier Adoula, commune de Bandalungwa et de Yannick Bokanga alias Jip, 32 ans, domicilié sur avenue Equateur n° 8 bis, commune de Kintambo, tous deux de l’écurie « Evolution ».

            Sur eux, les policiers ont saisi deux machettes maculées de sang de leurs victimes. Ces deux armes du crime ont été enregistrées comme pièces à conviction entre ces malfaiteurs.

            L’OPJ enquêteur, le commandant Madilu, serait sur les traces d’ autres partisans du « général Ken ». Sa bande également composée des marginaux aux noms bizarres opère en deux équipes distinctes. Le premier sous-groupe comprend en son sein, Ken, Kabossé, Kingair, Alamba, Indien, Swing,, Etoile, Binza, Lumorta, Tsukuma, Sassone et Jip, tandis que la seconde équipe chapeautée par Mandjendje est constituée de Douwé, Vouzé, Louwa,Jip, Ken, Sans Pitié, Mélody et Japonais.

            Nous avons également appris que pour faire partie de cette bande, il faut disposer de sa propre machette qu’on considère comme un « instrument de travail » ou «  son arme de service ».

            Mettant en application les recommandations de l’inspecteur provincial de la police ville de Kinshasa, l’inspecteur divisionnaire adjoint Oleko, relatives à l’éradication du phénomène Kuluna, le commissaire principal Dominique Matshindi, commandant de la 1ère compagnie, est déterminé à reconstituer le palmarès de ces bandes des malfaiteurs qui narguent la police et bravent la justice. Il est surprenant et même révoltant de constater que ces délinquants n’en seraient pas à leurs forfaits ou crimes du genre. Ce sont des récidivistes qui profitent toujours des failles dans la procédure pénale pour s’échapper des mailles de la justice. Cela pour reconstituer leurs écuries et rééditer leurs sinistres exploits.

            Pour ce dossier, le commandant Madilu a retenu pour l’instant, trois victimes identifiées.

            La première, c’est Alambwa Junior, demeurant sur avenue Kikwit n° 196, quartier Lokole, commune de Lingwala. Il a été agressé le 7 juin 2010, sur son avenue, vers 3 H du matin. La bande a surgi de l’obscurité et l’a encerclé. Avant qu’il ne puisse réagir à cette attaque, un violent coup de machette sur la tête, a fendu le cuir chevelu, laissant gicler du sang.

Les bandits insensibles devant cette scène poignante, lui ont arraché la somme de 75 dollars, 5.000 FC et un téléphone portable de marque Nokia, et l’ont abandonné à son triste sort. A un centre médical proche, Alambwa Junior sera admis en urgence comme son état de santé le requérait. Plusieurs points de suture ont été réalisés pour soigner sa blessure.

            La seconde victime, Gabin Lukinga, résidant sur avenue Nyangwe n° 249, quartier RTNC, commune de Lingwala, a été attaqué par la même bande, dans la nuit du 18 août 2010, vers 4 heures du matin. N’ayant rien sur lui, le jeune homme a subi la furie de ces délinquants déchaînés. Un coup de machette sur le dos l’a projeté par terre. Pendant qu’il saignait abondamment, fouille systématique. Les bandits déçus ont failli l’éliminer, il a eu la vie sauve pour n’avoir pas opposé une quelconque résistance ou appelé au secours.

            La troisième victime, c’est le jeune Iza Bodo Jocelin, grièvement blessé à la machette au cou, et aux côtes, sur l’avenue Batetela, quartier Moulaert, commune de Bandalungwa. La forte hémorragie l’a emporté avant d’atteindre un centre médical proche.

            Avec ce palmarès qui fait frémir, l’on croit savoir que le Bataillon de la police d’investigations criminelles chargé de l’instruction de ce dossier, fera tout pour reconstituer les antécédents de ces criminels qui ont semé la mort et la désolation dans les communes de Lingwala et de Bandalungwa.

            L’on espère que le commandant Madilu va chercher à savoir comment ces récidivistes maintes fois arrêtés et condamnés par la justice, ne purgent pas la totalité de leurs peines en prison. Qui sont les souteneurs de ces délinquants ? La suite de l’enquête pourra certainement le révéler dans les jours à venir. Affaire à suivre !

             J.R.T.

LEAVE A REPLY

*