Avec les performances macroéconomiques de 2013 : la prophétie de Mzee se réalise

1
143

98786352ab62965a07c516ba5d449e8a_XLDepuis quatre ans, la RDC n’est plus en programme avec le FMI et la Banque Mondiale. Le pays compte essentiellement sur ses ressources internes pour financer ses dépenses de fonctionnement et d’investissement.

Cela rappelle l’idéal de feu Mzee Laurent-Désiré Kabila, qui tenait à ce que la RDC bâtisse son développement à partir de ses propres richesses. A ce propos, il ne cessait d’exhorter ses compatriotes à se prendre en charge.

Aujourd’hui, son discours commence à produire les effets escomptés. Le pays s’est effectivement engagé dans la voie de sa reconstruction en s’appuyant sur ses ressources propres.

            L’histoire retiendra pour les générations futures que la victoire éclatante des FARDC sur les forces du mal incarnées par le M23 « a été l’une avancées incontestables autour desquelles s’est spontanément forgé un véritable consensus national et patriotique en constituant la pierre angulaire de la renaissance du Congo, de la consolidation de la sécurité nationale et de la restauration de l’autorité de l’Etat ». Tel a été l’axe central de la conférence de presse tenue samedi 25 janvier 2014 par Augustin MATATA Ponyo, dans la salle des réunions de son cabinet de travail à Gombe.

            Une victoire militaire, certes mais qui a eu des répercussions politiques, diplomatiques et sécuritaires évidentes qui ont fait mentir tous ceux qui croyaient que les Congolais étaient condamnés à ne compter que sur l’assistance étrangère lorsqu’il faut défendre leur héritage ancestral, à savoir l’intégrité du territoire leur légué et de sa souveraineté internationale. Cette victoire militaire, a souligné le Premier ministre, est consécutive à la professionnalisation des FARDC qui se poursuit avec la formation et le renforcement de 32 régiments en matériels et les équipements militaires, les travaux de réhabilitation des infrastructures des centres d’entrainement, d’instruction et des casernes à travers la République, les actions disciplinaires et des enquêtes judiciaires ouvertes à charge des inciviques et enfin le processus d’identification des éléments de l’armée nationale.

            Sur le plan diplomatique, il y a lieu de signaler des avancées significatives, notamment la régularisation du fonctionnement des ambassades et postes consulaires, le paiement des contributions internationales et la participation des délégués de la RDC à toutes les tribunes internationales où se discute le sort et les intérêts de la nation congolaise. Quant à la décentralisation, MATATA Ponyo a fait état de la finalisation des projets des lois essentielles à cet effet, du protocole d’accord conclu lors de la conférence annuelle des gouverneurs tenue l’année dernière à Kananga relatif aux modalités de consommation des crédits d’investissement dans les secteurs des compétences exclusives des provinces et des préparatifs en cours à la CENI pour la présentation du calendrier électoral.

            L’administration publique a connu une réforme avec l’instauration du système de bancarisation de la paie des fonctionnaires et la maîtrise progressive des effectifs et de la masse salariale grâce à la poursuite des opérations de recensement biométrique. Le gouvernement prépare le lancement de l’école nationale d’administration pour les premières formations initiales dès cette année en cours. En plus, le gouvernement a lancé des études de faisabilités pour la création d’une caisse de retraite en faveur des fonctionnaires.

            La situation économique et monétaire a connu une embellie considérable qu’il convient de saluer, a déclaré le Premier ministre. Malgré l’état de guerre depuis plus de vingt ans et surtout le ralentissement de la croissance en Occident et en Chine, le gouvernement a mis en place des politiques publiques ambitieuses, courageuses et appropriées. Particulièrement pour le programme de réunification de la République par voie routière,  la relance de l’agriculture,  la réhabilitation et la construction d’autres infrastructures de base. Le bilan est flatteur et encourageant, a-t-il indiqué, notamment le taux de croissance estimé à 8,5 % contre un objectif de 8,32 %. Celui-ci place la RDC au 3ème rang en Afrique des pays qui ont créé plus de richesses en 2013. La hausse des prix a été maintenue à 1,03 % contre un objectif de 4 %.  Le taux d’inflation est le plus bas que le pays ait connu depuis son accession à la souveraineté internationale et qui se situe à près de 1 % contre un objectif de 4 %.

            Le secteur social a bénéficié d’une attention particulière du gouvernement pour matérialiser la vision du chef de l’Etat. Une enveloppe de 466,5 milliards des Francs Congolais a été consacrée à l’éducation, à la santé, à l’accès à l’eau potable, à l’électricité en milieu rural, au logement décent et au transport en commun. A titre d’exemple, MATATA Ponyo a cité la construction et la réhabilitation de 455 écoles sur les 1.000 prévues à travers la République. Le démarrage de la première phase de construction de 1.000 logements sur le site de l’ex-pépinière de Bandalungwa. La relance effective des activités du DAIPN s’est concrétisée avec une production initiale de 25.000 poulets depuis décembre dernier. La modernisation en cours concerne 66 hôpitaux de référence et 330 centres de santé à travers le pays. Plus de 60 bus arrivent bientôt au port de Boma et vont enrichir le charroi de la société TRANSCO pour atteindre 300 en prévision du nombre de 1.000 bus d’ici le mois de décembre prochain.

Perspectives pour 2014  

            Il est prévu la création de nombreux parcs agropastoraux pour former des fermiers congolais et obtenir l’indépendance alimentaire dans un délai raisonnable. Cela permettra de créer des emplois directs et indirects stables et rémunérateurs, d’offrir une gamme variée de produits alimentaires et d’augmenter l’accès du plus grand nombre des Congolais à une alimentation décente et surtout de réduire la dépendance du pays aux importations des produits alimentaires, provoquant une fuite des devises disponibles pour grossir l’enveloppe des réserves de change.

            Le gouvernement compte poursuivre la relance économique avec un taux de croissance supérieure à 9 % voire à deux chiffres avec un niveau compatible d’inflation. Il faudra vaincre la modicité des disponibilités budgétaires et intensifier les efforts de mobilisation des ressources en vue de réaliser la vision de l’émergence du Congo telle que prônée par le chef de l’Etat. Le  gouvernement  de la République va poursuivre la réhabilitation des infrastructures sociales, notamment les écoles, les centres de santé, les hôpitaux, les logements sociaux, etc. Il va procéder à la création d’une nouvelle compagnie aérienne, à la réhabilitation des routes de desserte agricole et à la réunification du pays par la voie routière.

            Au plan sécuritaire, Matata Ponyo promet la consolidation de la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national, le renforcement de la cohésion nationale et la consolidation de l’Etat de droit. Le gouvernement va s’atteler au renforcement de la diplomatie et de la coopération au développement par sa présence active sur l’échiquier international, la régularisation du fonctionnement de nos ambassades et postes consulaires ainsi que le paiement régulier des contributions internationales. D’une manière générale, Matata Ponyo a promis de continuer avec cette rigueur qui a produit la stabilité, la sécurité des personnes et leurs biens, des écoles, des routes, des hôpitaux, des centres de santé, des logements sociaux, bref la vision du chef de l’Etat pour un Congo émergent.

F.M

LEAVE A REPLY

*