Aubin Minaku récompense des magistrats de l’arrière-pays

0
159

 

aubin mQuarante-huit heures après les primes d’excellence leur décernées par le Procureur général de la République pour s’être distingués dans l’exercice de leurs fonctions durant l’année 2015, quelques magistrats primés ont été reçus, hier lundi 11 janvier, par le président de l’Assemblée nationale. Il s’agit particulièrement de ceux ayant accepté d’aller travailler dans l’arrière-pays en quittant les grandes villes où ils exerçaient auparavant.

Pour le président de la Chambre basse du Parlement, Aubin Minaku, ces compatriotes qui militent pour le maintien de l’ordre et le respect des lois à travers la République, ont fait preuve de patriotisme et d’abnégation en acceptant d’aller travailler là où d’aucuns ont refusé de se rendre au motif qu’il n’y a pas d’infrastructures appropriées. Raison pour laquelle, a-t-il estimé, il était temps de leur accorder une prime d’exception en guise de motivation et d’encouragement pour leur comportement combien nationaliste.

Magistrat de son état, le speaker de la Chambre basse considère le fait pour ces magistrats d’avoir accepté de laisser leurs anciens postes à Kinshasa et dans d’autres grandes villes pour aller affronter les réalités dures de l’arrière-pays comme un motif d’émulation pour d’autres compatriotes non seulement les magistrats, mais également toutes les autres catégories socioprofessionnelles qui continuent à se nourrir d’illusions en considérant l’arrière-pays comme un milieu invivable.

Parmi les magistrats qui s’étaient portés volontaires pour aller travailler à l’intérieur du pays, on cite entre autres le cas du chef de parquet de Goma qui avait accepté de laisser le chef-lieu de la province du Nord-Kivu pour Walikale, idem pour le chef du parquet de Matete prestant actuellement à Mambassa dans la province de l’Ituri. C’est aussi le cas d’un ancien magistrat de Matadi ayant accepté d’aller travailler à Songololo dans la province du Kongo central.

Il importe de rappeler que ce groupe de magistrats fait partie des lauréats de la deuxième édition primés, le samedi 9 janvier 2016 au Fleuve Congo hôtel, par le Procureur Flory Kabange Numbi, par l’entremise du président de l’Assemblée nationale. La première édition de cette prime d’excellence instaurée pour les magistrats qui se distinguent dans l’exercice de leurs fonctions, était intervenue le 24 octobre 2014.

C’est ici le lieu de fustiger le refus que l’on observe chez beaucoup de compatriotes qui se montrent toujours hostiles d’aller travailler dans l’arrière-pays, en prétendant que le paradis n’est qu’à Kinshasa. Erreur ! Car, la plupart de ceux qui ont accepté d’aller dans l’ « enfer » dont d’aucuns se nourrissent toujours d’illusions ont réussi à changer leur vie dans un temps record. Alors que leurs collègues de promotions ayant rejeté l’offre continuent de dépendre de leurs tuteurs tant d’années après le décrochage des titres académiques.

            Dans cette catégorie, on rencontre aussi bien des médecins que des magistrats, sans oublier des diplômés des instituts supérieurs pédagogiques, etc. «Qui ose trouve», renseigne un vieil adage.

Dom