Aubin Minaku a ouvert hier les travaux de la 25ème Assemblée régionale Afrique de l’APF

1
65

Comme prévu au programme, le président de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF), Aubin Minaku, a procédé, hier lundi 22 mai au siège du parlement marocain, à l’ouverture des assises de la 25ème Assemblée régionale Afrique de l’APF.

Les parlementaires francophones africains  saisiront l’occasion qui  leur est donnée pour réfléchir sur les voies et moyens susceptibles d’impulser le développement au sein des Etats ayant en commun la langue française en particulier, et celui de tout le continent en général. Raison pour laquelle le progrès démocratique et la bonne gouvernance ont toujours figuré parmi les principales résolutions. Les problèmes sociaux, notamment le chômage avec un taux élevé sur le continent, les conditions salariales et de vie des populations, ainsi que l’entrepreneuriat pourront également occuper une bonne place parmi les recommandations qui sanctionneront ces assises de deux jours.

Dès son arrivée en terre marocaine, le dimanche 21 mai dans
l’après-midi, le président de l’Assemblée nationale de la République
Démocratique du Congo et président en exercice de l’APF n’a pas caché
ses sentiments envers les autorités chérifiennes, en saluant notamment
le retour de leur pays sur l’échiquier africain après une trentaine
d’années d’absence. Pour Aubin Minaku, c’est un signe encourageant que
les parlementaires francophones devraient saisir pour élaborer des
recommandations capables de promouvoir le développement, à faire aux
gouvernements de leurs pays respectifs.
A l’ouverture solennelle des travaux, hier lundi dans la salle 11 de
la chambre des représentants du parlement marocain, on a noté la
présence d’une dizaine de présidents des parlements des pays
francophones d’Afrique.
Dans son mot de bienvenue, le président du parlement de la chambre
des représentants marocains, Habib Le Malki, a dit sa satisfaction
pour le choix des thèmes qui feront l’objet des débats au cours des
assises, avant de rappeler à l’intention de ses homologues leurs
responsabilités dans l’élaboration des lois et recommandations en vue
d’éradiquer la violence et la pauvreté, et s’investir dans la
promotion de l’entrepreneuriat, l’investissement privé, et la
démocratie sur fond des cycles électoraux normaux et réguliers.
Il a, en outre, souligné la nécessité de lutter contre l’extrémisme
religieux et le caporalisme inadapté aux réalités africaines.
Prenant la parole pour procéder à l’ouverture officielle des travaux,
Aubin Minaku a exprimé toute sa gratitude envers le Royaume du Maroc
et son peuple pour l’accueil et la solidarité réservés aux délégués.
Avant d’indiquer que la démocratie reste la voie la plus sûre pour
assurer un développement durable. Toutefois, il s’oppose à ce qu’il a
qualifié de copies universelles de démocratie. Il en appelle à
l’implication des élus pour le respect des droits de l’homme.
«Il faut donc une action sans repli pour les parlementaires africains
dans la promotion de la bonne gouvernance, qui constitue un levier
efficace de lutte contre les inégalités et les injustices sociales
pavées menant droit à l’enfer de l’instabilité, de la violence et de
la pauvreté », a-t-il déclaré.
Après le discours d’ouverture, les participants ont entamé des
discussions en commissions. Deux thèmes  étaient à l’ordre du jour: «
Stabilité et bonne gouvernance pour un développement durable et
harmonieux en Afrique francophone » et « Entrepreneuriat en Afrique :
défis et enjeux ».
Il faut signaler que ces assises sont les dernières que le Congolais
Aubin Minaku, préside en tant que président en exercice de l’APF au
niveau mondial. Car, en juillet prochain il passera le flambeau à son
homologue canadien lors de la 43ème session de l’Organisation qui se
tiendra au Luxembourg.
Dom

1 COMMENT

Comments are closed.