Attentas de Paris : la communauté musulmane Ahmadiyya de cœur avec la France

0
218

 

parisLa communauté musulmane Ahmadiyya  de la RDC n’est pas restée insensible au drame qui frappe la France. Quelques heures après la tragédie de Paris, elle a  vivement condamné  les attaques terroristes de la nuit du 13 novembre 2015.

Comme toutes les organisations éprises de paix, Ahmadiyya dénonce avec la dernière énergie ce carnage ignoble qui touche la France et condamne tout acte qui vise à ôter la vie à qui que ce soit  et pour quelque raison  que ce soit car la vie est sacrée, lit-on dans le communiqué ficelé par la hiérarchie de ladite communauté et transmise au Phare hier lundi 16 novembre 2015. 

«Que notre assistance spirituelle accompagne tous ceux qui sont de près ou de loin  en train de concourir pour apporter leur  secours aux victimes et à leurs familles », lit-on.

Le  numéro un d’Ahmadiyya, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad, qui se trouvait à Londres au moment de cette tragédie, a joint sa voix à celle des membres de  sa communauté et d’autres personnes éprises de paix pour exprimer ses plus sincères sympathies et condoléances à la nation française et au gouvernement français pour le malheur qui frappe ce pays. Ces attentas infâmes doivent être condamnés dans les termes les plus durs, a indiqué ce dignitaire musulman. Qui a rappelé que toutes les formes de terrorisme et d’extrémisme sont contraires aux vrais enseignements de l’Islam.

Il a rappelé que le Coran ne cautionne pas le meurtre  et ceux qui cherchent à justifier leurs actes haineux au nom de l’Islam  le diffament.

«Nous adressons nos prières et nos sympathies, ajoute-t-il, aux victimes  de ces attaques et d’autres encore qui sont endeuillés  ou affectés d’une manière quelconque». Il termine sa prière en demandant au Très- Haut d’accorder son réconfort à toux ceux qui sont affligés  et dit espérer que les auteurs de ces actes maléfiques seront démasqués et  et punis

Peu avant de se rendre à Londres, le numéro un d’Ahmadiyya avait séjourné aux Pays- Bas en octobre 2015 où il a prononcé un discours lors d’une séance du Comité permanent des Affaires Etrangères au Parlement. Accueilli  à La Haye au même  moment que plusieurs autres parlementaires, dignitaires et ambassadeurs… albanais, espagnols, croates, irlandais, suédois par  Henry van Bommel, vice-président du comité permanent  des Affaires Etrangères et membre de la Chambre des représentants, Hadhrat Mirza a donné des pistes de solution aux problèmes auxquels l’humanité est confrontée en ce moment ici. Il a par la même occasion appelé les grandes nations à soutenir les pays moins développés et à renoncer à les exploiter. Il a expliqué  que l’instabilité économique mondiale, l’injustice, et le manque de confiance entre gouvernants et gouvernés, l’écart croissant entre pays riches et ceux en voie de développement sont des facteurs qui affectent la paix et la sécurité dans le monde.

Jean-Pierre Nkutu