Attaque de sa base à Beni : la Monusco exige une enquête

0
84

Les Nations Unies demandent au gouvernement congolais d’ouvrir des enquêtes afin de déférer devant la justice les auteurs de l’attaque de la base de la Monusco le lundi dernier dans la localité de Mamundioma dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu. Cette attaque des éléments présumés des Forces démocratiques alliées (ADF) repoussée par
la Monusco le matin du 9 octobre, a coûté la vie à deux casques bleus tanzaniens en plus de 18 autres de la Force blessés.

Selon le Lieutenant-Colonel Serge Haag, porte-parole militaire de la MONUSCO, la Force a mis en oeuvre un dispositif sécuritaire capable de répondre aux attaques et de maintenir une forte pression sur les groupes armés afin d’assurer la protection de la population et
d’intervenir en appui aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC),  en vue de faire face à la résurgence des attaques perpétrées depuis quelques semaines par ces présumés éléments des ADF dans le territoire de Beni.

Ces attaques enregistrées par la Force onusienne, à en croire Serge Haag, ont conduit la force de la MONUSCO à de fréquents déploiements, conformément à son mandat de protection des civils dans les zones caractérisées par un regain de violence.

« La MONUSCO a immédiatement déployé sur les lieux une force de
réaction rapide et des hélicoptères d’attaque, afin de sécuriser la
zone, d’assurer la liberté de circulation de la population civile et
de protéger les villages voisins de Kamango et Mbau, dans le but de
contrer d’éventuelles nouvelles attaques et de limiter les mouvements
et activités des groupes armés. La situation sécuritaire a été très
rapidement stabilisée » a affirmé le porte-parole militaire de la
Monusco hier mercredi 11 octobre 2017 au cours de la conférence de
presse hebdomadaire des Nations Unies.
Signalons que le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général
des Nations Unies, David Gressly, accompagné du Commandant Adjoint de
la Force et du Commandant de la 3e zone de défense des FARDC, s’est
rendu à Beni le mardi 10 octobre 2017 pour faire le point sur la
situation sécuritaire dans ce territoire. Il s’est longuement
entretenu avec les responsables militaires onusiens et les hautes
autorités congolaises sur les opérations à mener pour combattre les
actions néfastes de ces groupes armés et assurer la protection des
civils.
Au cours de cette visite, a expliqué le lieutenant-colonel Serge
Haag,  les trois personnalités ont reçu des briefings sécuritaires de
la Force de la MONUSCO et des Forces Armées de la République
démocratique du Congo.

Myriam Iragi