Assemblée nationale: le projet de Budget 2017 jugé recevable

0
126

Contrairement aux habitudes où l’on assiste à une longue séance plénière au cours de laquelle le chef du gouvernement aligne des arguments pour répondre et convaincre les députés en rapport avec leurs préoccupations formulées en marge de l’examen du projet de budget, la plénière d’hier a dérogé aux règles !

En effet, c’est au cours d’une brève plénière qui a duré l’espace d’une dizaine de minutes que le Premier ministre a reçu le feu-vert de la Représentation nationale, à travers le vote de recevabilité de la loi de finances de l’exercice 2017, dont il avait présenté l’économie
générale la veille.

Bruno Tshibala Nzenzhe ne s’est pas livré au rituel du regroupement
des questions lui adressées afin d’y apporter des éclaircissements
nécessaires, comme cela se passe d’habitude après le débat général en
marge de l’examen d’un projet de budget en vue de son adoption par
l’Assemblée nationale. Ainsi, affirmant avoir pris en compte toutes
les préoccupations, critiques et autres suggestions exprimées par les
députés lors du débat général sur le projet de budget de l’Etat de
l’exercice 2017, il a déclaré rester à la disposition de l’Autorité
budgétaire qu’est l’Assemblée nationale afin d’apporter des
améliorations nécessaires au projet gouvernemental. Toute œuvre
humaine étant perfectible, a-t-il souligné.
Il importe de signaler qu’au cours de sa brève explication ou
réplique aux préoccupations des députés, le Premier ministre a informé
la Représentation nationale de l’obtention par son gouvernement d’une
ligne budgétaire auprès de l’EXXIM Bank pour le développement de
l’agriculture en République démocratique du Congo. C’est une aubaine à
saisir par les agriculteurs, éleveurs, pisciculteurs, et autres
pratiquants des domaines connexes au secteur, a déclaré le Premier
ministre en guise d’appel pour présenter des projets à financer.
Après, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a soumis
la loi de finances 2017 au vote de recevabilité par la plénière qui
l’a acceptée à une écrasante majorité des membres présents dans la
salle des congrès. La loi est envoyée à la commission économique et
financière pour toilettage et enrichissement. Celle-ci a 7 jours pour
rendre son rapport en plénière en vue de l’adoption globale du budget.
Aubin Minaku a justifié ce délai par le fait que le budget est
examiné en processus d’urgence vu le retard avec lequel le
gouvernement l’a déposé auprès de l’Assemblée nationale. Il a, en
outre, rappelé la nécessité de doter le pays d’un budget pour
permettre au gouvernement de réaliser son programme d’action.
Dom