Assemblée Nationale : le projet de budget de Matata recevable

0
26
Le projet de loi des finances de l’exercice 2012 présenté à l’Assemblée nationale le vendredi 22 juin a été déclaré recevable lors de la plénière d’hier lundi à la chambre basse du Parlement. 
Conformément au règlement d’ordre intérieur, ce projet de budget est renvoyé à la commission économique et financière  pour être approfondi.
Bien avant la sentence de la plénière, le chef du gouvernement a donné des réponses aux préoccupations soulevées par les députés lors du débat général.
Il a souligné que les allocations budgétaires  2012 intègrent  les priorités de l’année que le gouvernement s’est fixées à travers notamment les objectifs ci-après : – l’amélioration du cadre de vie et des conditions sociales de la population avec des crédits  qui passent de 17 ,3% en 2011 à 29,5% en 2012, particulièrement dans l’éducation 13% et santé 10,4% ;- la poursuite de la construction et la modernisation des infrastructures de base dont  la part des  crédits passe de 5,1% en 2011 à 18,4% en 2011, avec un accent particulier sur la mise en place des infrastructures  de soutien à la croissance (8,5%).
 
Parlant de la cohérence et du réalisme de ce projet de budget, Matata a indiqué que les recettes ont été évaluée sur base des éléments du cadrage macro-économique  auxquels se sont ajoutés, d’une part, les effets des projets des lois fiscales qui accompagnent le projet de loi  des finances sous examen et d’autre part, la prise en charge incluant le civisme fiscal et la nouvelle citoyenneté.
Il a illustré cela par l’abandon de la prise en charge par l’Etat de la fiscalité pétrolière qui dégagera 70 milliards de FC et la vente des télécommunications qui  donnera 135 milliards de fc. Le chef du gouvernement a également la représentation nationale du ferme engagement des partenaires extérieurs de soutenir financièrement ce projet de budget. 
 
Sur point relatif  à l’émission des coupures à valeur faciale élevée, Matata a soutenu le  lancement de ces nouvelles coupures qui répondent à un besoin réel de l’économie qui est adapté la structure fiduciaire, à l’évolution des prix des biens et services et ainsi permettre à la monnaie nationale de jouir pleinement de sa fonction d’intermédiaire des échanges en lieu et place du dollar américain. 
Le Premier ministre a saisi l’occasion pour mettre en garde les opérateurs économiques surtout du secteur du commerce pour toutes velléités d’anticipation du reste injustifiée dans le contexte national.
Matata a réaffirmé la détermination du gouvernement à augmenter production dans les secteurs miniers et agricoles avant de projetés le taux de croissance économique à 6,6% contre 3% de taux démographique, en dépit du contexte international défavorable marqué par beaucoup d’incertitudes.
En ce qui concerne  MiBa , le chef du gouvernement a fait savoir aux députés que la première  tranche de 10 millions de dollars décaissée a servi à la relance de la production et la certification des réserves.
Il compte augmenter les traités fiscales et douanières par le renforcement des mécanismes de contrôle à l’endroit des bénéficiaires des avantages fiscaux avant de faire remarquer que les recettes collectées au titre de la TVA à l’importation à l’extérieur du pays ,affichent un avenir prometteur. .
 
En matière d’exploitation du pétrole sur le plateau continental, le chef du gouvernement congolais, vu la préservation de la politique de bon voisinage avec l’Angola, a demandé aux députés d’attendre la fin des travaux d’une commission ad hoc entre les deux pays.
Matata a fait noter l’augmentation de 158 milliards de FC des crédits alloués à la défense et aux services publics pour  faire face à la situation sécuritaire à l’Est. Il a signalé également des augmentations  des crédits alloués à l’éducation, à la citoyenneté en vue de lutter contre les anti- valeurs.
L’enveloppe  salariale est passé  selon le précité pour cet exercice 2012 de 2.096,6 milliards FC à 1.296,7 de FC.
 
Aussitôt après les réponses du Premier ministre Matata Ponyo, la plénière de la chambre basse, sous la direction de son président Aubin Minaku, a déclaré ce projet de budget recevable par la majorité des députés.
Minaku a toutefois annoncé, conformément au règlement d’ordre intérieur, le renvoi de ce projet de loi des finances à la commission économique et financière de l’Assemblée nationale pour le toilettage.
 
ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*