Assassinat de L.D.Kabila: Paul Kagame accusé !

0
45

Qui est le véritable assassin de L.D. KABILA ? Cette question revient sur la sellette à la lumière des récentes déclarations du général dissident rwandais KAYUMBA Nyamwasa en rupture de ban avec le régime de Kigali et aujourd’hui réfugié en Afrique du Sud. Cet ancien bras droit de Paul KAGAME depuis le maquis ougandais aux côtés de Yoweri MUSEVENI et depuis la création du Front Patriotique Rwandais a tenu le crachoir pour accuser le président rwandais d’être l’instigateur et le commanditaire de l’assassinat du successeur de feu MOBUTU Sese Seko. « Lors d’une réunion des chefs militaires, Kagame a dit que nous devrions nous débarrasser de Kabila.

 Je lui avais dit que cette opération serait trop coûteuse en termes de vies humaines. Nous ne pouvons pas le faire… C’est un secret de polichinelle que Kagame est allé de l’avant et l’a fait », a indiqué Charles KAYUMBA Nyamwasa lors d’une interview accordée à notre confrère The GUARDIAN.

 En outre, il est revenu sur les accusations récemment formulées toujours à l’endroit de Paul KAGAME d’avoir planifié l’attentat de l’aéronef Falcon de marque française piloté par un équipage français qui avait couté la vie aux présidents Juvénal HABYARIMANA du Rwanda et Melchior Ndadaye  du Burundi le 4 avril 1994 à l’aéroport international de Kanombe près de Kigali. En tout et pour tout, Paul KAGAME serait le véritable commanditaire de l’assassinat des trois présidents africains et l’on sait que c’est l’assassinat de Juvénal HABYARIMANA qui est considéré comme l’élément déclencheur du génocide de 1994 pour lequel le peuple congolais continue à payer le prix le plus lourd.

Sur les traces d’Abdoul RUZIBIZA ?

 KAYUMBA Nyamwasa n’est pas la première personne à porter des accusations de ce genre contre le président Paul KAGAME. Bien avant lui, un autre officier rwandais du nom d’Abdoul RUZIBIZA avait tenu les mêmes propos en se présentant comme l’un des éléments du Front Patriotique Rwandais déployés sur les collines environnantes de l’aéroport international de Kanombe et qui avaient utilisé des missiles sol air pour abattre l’aéronef Falcon qui transportait les présidents Habyarimana et Ndadaye de retour des négociations politiques inter rwandaises tenues à Arusha en Tanzanie.
  Ce capitaine de la branche armée du FPR avait fourni des renseignements d’une telle précision qui ont servi à Jean-Luc BRUGUIERE, Juge d’Instruction français pour rédiger un rapport pré-juridictionnel sulfureux qui lui avait permis de lancer un mandat d’arrêt international à charge de plusieurs autorités militaires rwandais dont entre autres le général James KABAREHE, aujourd’hui ministre de la Défense et Rose KABUYE, chef du Protocole à la Présidence de la République. Cette dernière fut appréhendée en octobre 2008 par les services d’immigration allemande lors d’un séjour à Bonn et transférée en France pour y être entendue par le juge d’instruction en charge de ce dossier. Kigali en profita pour rompre les relations diplomatiques avec la France et après plusieurs négociations secrètes, cette femme fut remise en liberté. Six mois après, le capitaine Abdoul RUZIBIZA se rétracta et fut retrouvé mort dans une chambre d’hôtel d’une ville d’un pays Scandinave où il avait obtenu le droit d’asile. Curieusement, c’est une fois en exil quelque part que des officiels rwandais, dont le colonel Patrick KAREGEYA, ancien chef des Renseignements militaires extérieurs et Théoneste RUDASINGWA, ancien directeur de Cabinet de Paul KAGAME avaient renouvelé les mêmes accusations.  

Le couteau dans la plaie de la famille présidentielle congolaise  

 Du côté congolais, ce genre d’accusation risque de remuer le couteau dans la plaie encore béante non seulement des membres de la famille présidentielle mais de tous les hommes de bonne volonté à travers le monde, étant donné que la vie d’un homme est sacrée car un don de Dieu. Cela va raviver la haine que de nombreux compatriotes cultivent à l’endroit du président Paul KAGAME. On rappelle aussi que le verdict final du procès contre les assassins du président L.D.KABILA s’était clôturé par un constat d’échec : les enquêtes se poursuivent. Voilà donc des éléments qui peuvent enrichir la religion de la justice congolaise pour enfin parvenir au véritable commanditaire de l’assassinat de feu L.D. KABILA.  A moins que, comme chat échaudé a peur de l’eau froide, le général KAYUMBA Nyamwasa nous joue un sale tour, comme son compatriote Abdoul RUZIBIZA.

F.M. 

LEAVE A REPLY

*