Artistes congolais : la Phase d’identification et d’enrôlement désormais lancée

0
99

Place des artistes RP VictoireEn sa qualité de ministre de tutelle,  Baudouin Banza Mukalay Nsungu a officiellement lancé  le mercredi 23 mars 2016, la phase d’identification et d’enrôlement des artistes congolais œuvrant dans divers secteurs du monde des arts et de la culture.

En effet, il s’agit d’une initiative dont l’objectif est non seulement  d’améliorer les conditions de vie des artistes eux-mêmes, mais surtout de les amener à une réelle prise de conscience de leur devenir. Comme il a été rappelé par les organisateurs, cette opération fait suite à un communiqué officiel lancé le 17 octobre 2015, à
l’intention des artistes.

Ce lancement a eu lieu au cours d’une rencontre tenue en la salle «Main d’or» de Béatrice Hôtel, en présence d’un échantillon d’hommes des arts et culture suffisamment représentatif. Le ministre Banza a su faire face aux  différentes préoccupations formulées dans chaque secteur.

Louant la qualité des œuvres réalisées par les artistes, Banza leur a rappelé que tout passe par la production des œuvres, qui les rendent justement immortels.

Il a également relevé que c’est au travers de leurs œuvres, que ces derniers arrivent à marquer  les époques et les temps. Toutefois, il a déploré le fait que très souvent dans la société, cette importance se
sent moins au plan matériel.

Pour remédier à cette situation, le ministre de la Culture et Arts a émis le souhait de voir les artistes regroupés au sein d’associations ou encore être structurés, car il faut quitter le stade actuel, pour réfléchir comment transformer ces associations pour qu’elles deviennent plus productrices.

C’était l’occasion pour la directrice de cabinet adjointe Marie-Josée Kazadi  de marteler à nouveau que l’objet du jour portait sur la sensibilisation à l’opération d’identification et d’enrôlement  des artistes, écrivains ainsi qu’opérateurs culturels.

Elle a, à cet effet, rappelé que cette opération fait suite à une série d’activités dont des ateliers, des séminaires-ateliers  ayant porté sur la transformation des associations  culturelles en entreprises culturelles créatives.

Cela, dans la mesure où elle  cadre avec les résolutions des Nations-Unies  telles qu’édictées par l’organe-mère en la matière, l’Unesco, sur la culture et le développement durable.

La directrice de cabinet adjointe du ministère de la Culture et Arts a aussi relevé que les précédents travaux  animés par des experts avaient également procédé à une étude approfondie du régime juridique d’une Asbl qui doit régir l’ensemble de structures.

Abordant la question liée à l’identification proprement dite, Marie-Josée Kazadi a signalé que le ministère va débuter par identifier la personne selon son activité culturelle ou artistique, en vue d’une vulgarisation des textes et des lois.

Grâce à l’enrôlement, la tutelle pourra constituer une base des données (annuaire), pour  une bonne fiabilité, puisque celle-ci va mieux promouvoir le partenariat-public-privé, ainsi que l’accès aux fonds des organismes culturels internationaux.

Melba Muzola