Arrangement particulier : travaux enfin lancés hier !

0
256
cenco-1132x670-1Après le dépôt, lundi 09 et mardi 10 janvier 2017, de leurs propositions relatives à « l’Arrangement particulier » devant servir de cadre de mise en œuvre de l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016, des délégués de la Majorité Présidentielle, du Rassemblement, de l’UNC, de l’UFC, du Front pour le Respect de la Constitution… se sont retrouvés hier mercredi 11 janvier dans la matinée au Centre Interdiocésain. C’était pour assister à l’ouverture des travaux d’harmonisation de leurs vues autour de la configuration du gouvernement de transition (profil du Premier ministre, nombre de ministres, répartition des portefeuilles ministériels), du Conseil National de Suivi de l’Accord placé sous la direction d’Etienne Tshisekedi ( répartition des trois postes de vice-présidents, format de la structure), du chronogramme de mise en œuvre de l’Accord global et inclusif, de la redynamisation de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), du renouvellement des membres du CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication), etc.
 
Intervenant pour la circonstance, le président de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo), Mgr Marcel Utembi, a attiré l’attention des participants sur l’impératif de dégager rapidement un nouveau consensus politique au sujet de la gestion consensuelle de la Transition. Il a particulièrement insisté sur la détermination, la bonne foi et la bonne volonté de la classe politique ainsi que de la société civile pour déblayer rapidement la voie devant conduire aux élections démocratiques, transparentes et apaisées à des échéances à convenir de commun accord.
C’est peu après son bref message que des documents de travail ont été remis aux délégués des plates-formes signataires comme non signataires de l’Accord du 31 décembre 2016. Il a été accordé 24 heures aux uns et aux autres pour y réfléchir et revenir ce jeudi 12 janvier au Centre Interdiocésain pour la phase de mise en commun effective. Selon l’agenda non révélé de la CENCO, tout devrait être mis au point d’ici le samedi 14 janvier.
En attendant que la quinzaine d’experts réunis au Centre Interdiocésain entrent dans les débats de fond, on note des divergences entre la Majorité Présidentielle et le Rassemblement au sujet de la taille du gouvernement ( 60 ministres contre 45), de la composition de la vice-présidence du Conseil National de Suivi de l’Accord ( un délégué pour la Majorité, le Front pour le Respect de la Constitution et la Société Civile sans le Rassemblement contre un délégué pour la Majorité, le Rassemblement et le Front pour le Respect de la Constitution sans la Société Civile).
 
Fidèle Babala à la tête du « FRC »
 
L’un des faits marquants de la journée d’hier était la présence, au Centre Interdiocésain, de la délégation du Front pour le Respect de la Constitution (FRC), constitué du MLC et ses Alliés. Bien que cette plate-forme n’ait pas encore signé l’Accord du 31 décembre 2016, elle tient à participer aux travaux de sa mise en œuvre. Pour la circonstance, sa délégation était conduite par Fidèle Babala et non Eve Bazaiba, « recadrée » par le chef de son parti, Jean-Pierre Bemba dans son message de vœux à la Nation, et que l’on dit être fortement contestée par plusieurs membres de cette plate-forme, qui lui reprochent des initiatives unilatérales et maladroites.
Nombre d’observateurs pensent à un désaveu, qui ne dit pas son nom, d’Eve Bazaiba par sa hiérarchie et ses pairs. Son refus de signer, en dépit de la promesse faite au bureau de la CENCO il y a une semaine, donne à penser qu’elle entretiendrait un agenda caché. Certaines langues vont jusqu’à affirmer qu’elle ferait, volontairement ou non, le jeu de la Majorité Présidentielle, qui donne l’impression de vouloir s’accrocher à tout ce qui bouge pour décréter le déficit d’inclusivité de l’Accord du 31, dont le caractère inclusif a été salué avec chaleur par des millions de Congolais, le Conseil de Sécurité des Nations Unies, l’Union Européenne, l’Union Africaine, ainsi que des partenaires de la RDC dont les Etats-Unis d’Amérique, la Belgique, la France, etc.
            On pense que sa bourde politique va être corrigée par Fidèle Babala et compagnie dans le meilleur délai.
                                    Kimp