Arrangement particulier : la Monusco appelle à la fin du blocage

0
144
IMG_7755«Nous demandons encore une fois à tous les acteurs politiques de taire leurs intérêts personnels, ou en tout cas, leurs intérêts partisans, pour s’engager définitivement dans la mise en œuvre de cette feuille de route qui a déjà été signée le 31 décembre [2016].
C’est à cela que tout le monde travaille, évidemment des divergences existent encore », a déclaré le porte-parole de la Monusco, Félix Prosper Basse, au cours de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies du mercredi 25 janvier 2017 au quartier général de la Monusco.
 
C’est en répondant à une question de la presse sur le type de contribution qu’apporte la Monusco face au blocage de l’arrangement particulier de l’accord global et inclusif du 31 décembre 2016 sous la facilitation de la CENCO, que Félix Prosper Basse a appelé les acteurs politiques congolais à mettre de côté leurs divergences au profit du seul intérêt du peuple congolais.
S’agissant toujours de l’apport de la Mission onusienne en vue de l’atteinte de l’objectif final de l’accord de la Saint Sylvestre, il a précisé que la Monusco n’a jamais failli ou baissé la garde, ou en tout cas réduit ses activités concernant la facilitation de ce processus, dans la mesure où les bons offices, menés par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, se poursuivent.
            A en croire le porte-parole de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC, l’aboutissement de ce processus politiques que connait actuellement la RDC ne se limite pas seulement à la contribution de la Monusco, mais également à l’implication d’autres pays de la sous-région ainsi que d’autres partenaires et amis de la RDC.
            Félix Basse a rappelé à cette occasion que les populations congolaises sont suspendues aux décisions historiques que devraient prendre tous les acteurs politiques impliqués dans ce processus. Il est évident, a-t-il expliqué, que la MONUSCO continuera non seulement à soutenir les efforts de la CENCO qui est en train d’abattre un travail qui n’est pas  facile, puisqu’il s’agit d’aplanir les divergences, de réconcilier et les cœurs et les esprits, pour un seul intérêt qui est celui du peuple congolais.
            «Donc nous nous sommes inscrits dans cette dynamique-là, pas seuls, mais nous poursuivons nos efforts. Et nous demandons encore une fois à tous les acteurs politiques de taire leurs intérêts personnels, ou en tout cas leurs intérêts partisans, pour s’engager définitivement dans la mise en œuvre de cette feuille de route qui a déjà été signée le 31 décembre 2016.C’est à cela que tout le monde travaille, évidemment des divergences existent encore.», a soutenu Félix Prosper Basse.
 
Affaire M23 : les vérifications continuent
 
            L’autre question d’actualité évoquée au cour de cette conférence de presse est celle de la supposée présence des éléments du M23sur le sol congolais dans le Nord-Kivu, une incursion signalée il y a de cela une dizaine de jours par les autorités de la RDC.
            A ce sujet, le porte-parole de la Mission a indiqué que la Monusco à son niveau, a appris aussi la tentative d’exfiltration ces éléments qui étaient initialement basés à Bihanga, suite à leur défaite infligée par les Forces armées de la République démocratique du Congo, appuyées par la MONUSCO.
            Jusqu’à présent, a-t-il fait savoir, la Monusco, poursuit ses opérations sur le terrain en étroite collaboration avec les forces de défense et de sécurité congolaises afin de confirmer ou d’infirmer ces informations. Mais jusqu’à présent, il n’y a encore aucun élément probant.
            Il s’est par ailleurs interrogé sur le silence caractérisant à ce sujet, les différentes organisations de la société civile qui généralement sonnent l’alerte en pareille circonstance.
 
Myriam Iragi