Apres «le paralytique sans béquille» : Fumumba se signale avec «Les Non-dits »

0
137

Chef spirituel de la Communauté des Assemblées de l’Eglise « CAE » en
RDC, le pasteur Patrice Fumumba est également un écrivain prolifique.
Son nouvel ouvrage intitulé « Les Non dits » a été porté sur les fonts
baptismaux le samedi 14 juillet 2018 à Africana Palace. Il y avait
comme invités : les ministres kinois de la Culture, de la Fonction
Publique, et Lita et Ruffin Bayambudila..
«C’est à partir d’une observation, d’une inspiration ou d’une
expérience que tout chercheur peut extérioriser sa pensée par le biais
de la plume», a dit d’emblée l’auteur mué,  en commentateur des «Non
dits». Quant à son  cas personnel, il a souligné avoir mené une
profonde méditation inspirée du processus de la création du monde par
l’Eternel Dieu, qui existe par lui-même et qui n’a ni commencement, ni
fin.
Se référant aux Ecritures, il en a déduit  que le monde existe à
partir de la parole prononcée par le Créateur.
En essayant de connaître les causes des conflits enregistrés ça et
là, il s’avère que l’homme, le concepteur de ces violences, cache dans
son cœur beaucoup de «non-dits».
«En s’adressant à son semblable, l’homme ne lui livre pas le fond de
son cœur. Mais ces non dits de sa pensée présentent des avantages
certains et bien sûr des points négatifs.
On enregistre des non dits dans  les domaines ecclésiastique,
juridique, médiatique»….
Une information mal transmise aux lecteurs ou  mal traitée peut
occasionner des dérapages et dégâts dans la société. Il en est de même
d’une disposition de la loi conçue de manière approximative», a-t-il
relevé.
La famille est l’institution de base de toute société et les non-dits
dans ce cas précis peuvent  entraîner le blocage  dans l’appareil
social…
La tradition africaine est caractérisée par de nombreux non-dits ou
tabous. Les jeunes trouvent des réponses à ces tabous en recourant aux
réseaux sociaux et tout ce que leur offrent les médias», a-t-il fait
remarquer.
Dans le domaine diplomatique, les non-dits peuvent se justifier par le
fait qu’en diplomatie, il est normal de ne pas tout dire en plein
jour. Certaines informations doivent être tenues secrètes pour ne pas
mettre en émoi le public, quitte à les divulguer au moment propice», a
énoncé Fumumba.
«En outre, il ne suffit pas de dire quelque chose en l’exprimant par
une émission vocale mais il est nécessaire et indispensable que la
bouche puisse exprimer ce que ressent le cœur. C’est en réalité le
problème de la liaison entre le cœur et la bouche», a-t-il soutenu.
«Dieu a commencé par donner le ton et l’homme recourt à son
intelligence pour parachever l’œuvre divine. A titre illustratif, le
Très Haut avait placé l’oiseau sur terre et l’homme s’est inspiré de
cet animal pour concevoir l’avion», a fait observer l’orateur.
«Les Ecritures déclarent que les choses cachées sont à Dieu  et les
choses révélées relèvent de l’apanage de l’homme», a rappelé le
commentateur.
Un serviteur de Dieu du nom de Léon Mwema, qui a précédé Fumumba, a
rappelé à l’assistance les titres des précédents ouvrages publiés par
le responsable des CAE, à savoir l’arbre au milieu du jardin, le
paralytique sans béquille, la parole faite chair… «Fumumba avait
publié son premier ouvrage en 1996 et se signale sur le marché du
livre tous les trois ou quatre ans», a précisé Mwema.
Insistant sur la nécessité de la lecture dans la vie de chaque être
humain, il a paraphrasé Gustave Flaubert en disant que «ceux qui
lisent sont de grands esprits». A son avis, la lecture est comme un
besoin naturel dont on ne peut pas se passer tout au long de notre
existence ici sur terre.
L’ouvrage «Les Non- dits» a été baptisé  par le Secrétaire général de
l’Union des écrivains Congolais « UECO », Emile Utshusdi.
Avant de s’adonner à cet exercice, Utshudu a par des anecdotes bien
choisis expliqué que notre vie quotidienne est émaillée des « non dits
»

Jean-Pierre Nkutu