Après la messe de Kingankati : l’Opposition républicaine répond à la Majorité

0
42

kengo A l’issue de sa réunion d’hier mercredi 26 mars à Fatima, l’Opposition Républicaine a fait une déclaration. Par la bouche de son Coordonnateur Jean-Pierre Lisanga Bonganga, elle répond à la Majorité présidentielle au sujet de sa rencontre de Kingakati.

Se disant confortée dans sa position de ne pas toucher à la Constitution, notamment à travers les différentes prises de position publique du président de la République, des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, du Secrétaire général de la MP, des ministres de l’Intérieur  et des Médias porte-parole du gouvernement, de l’Envoyé spécial des Etats unis pour les Grands lacs, de l’Eglise catholique, de l’Eglise protestante, ainsi que de la société civile, l’opposition fait quelques observations.

D’abord, elle dénonce, selon ses propres termes, l’usurpation des pouvoirs par la Ceni qui s’est auto érigée en législateur et se politise par la prise des positions hasardeuses sur le mode de révision constitutionnelle, pourtant des matières qui ne relèvent pas de sa compétence.

Elle fustige aussi le fait que la Majorité présidentielle ait emboîté le pas à la Ceni des élections, en soutenant l’organisation des députés provinciaux au suffrage universel indirect au motif que les moyens budgétaires disponibles sont maigres et les contraintes de calendrier pour organiser lesdites élections au suffrage universel direct.

Pour ce faire, la MP propose l’organisation d’une consultation référendaire sur des questions fondamentales en vue de départager les vues des uns et des autres.

Se basant sur l’une des résolutions des concertations nationales, l’Opposition Républicaine exige la mise en place d’une véritable administration électorale devant garantir la transparence du système électoral, avant le démarrage du processus électoral, tout comme la neutralité et l’indépendance de la Ceni. Les exigences constitutionnelles, doivent être observées.

        Face à toutes ces tentatives de la Majorité, elle lance un appel à la vigilance au peuple congolais pour qu’il s’oppose à toute forme de révision de la Constitution.
A ce sujet, elle a félicité le peuple voisin du Burundi pour avoir refusé la tentative de son gouvernement de modifier la constitution en vue de prolonger le mandat du président de la République actuellement en fonctions.
Dom

LEAVE A REPLY

*