Après Bruxelles et Berlin : Tshisekedi ce jeudi à Londres

0
32

Parti du pays il y a presque deux semaines, Etienne Tshisekedi poursuit ses contacts tant avec les Congolais de la diaspora qu’avec des diplomates et décideurs politiques occidentaux. Après avoir vidé un lourd agenda d’entretiens et visites à Bruxelles, en Belgique, il a passé toute la journée d’hier mercredi à Berlin en Allemagne.

Très sollicité de partout, le président national de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) est annoncé à Londres pour ce jeudi. Son séjour dans la capitale britannique devrait en principe s’étaler sur 48 heures. Si aucune perturbation n’intervient dans son programme, il devrait passer le week-end en Suède, un pays où il est fort réclamé par sa « base ».

Le Phare n’a pu obtenir des détails des sujets de conversation ou débats entre Etienne Tshisekedi et ses interlocuteurs. Mais l’on croit savoir qu’il continue de plaider pour le soutien moral, matériel et financier à sa candidature à la présidence de la République, afin d’impulser au Congo le changement tant attendu par les masses laborieuses. L’homme qui se bat, depuis près de 30 ans pour le retour de l’Etat de droit, l’instauration de la vraie démocratie, le bien-être effectif du peuple congolais, la construction de la paix durable et d’un pays prospère, tient à ratisser large auprès des Congolais de l’étranger, afin que ceux-ci puissent peser moralement, lors des élections, sur leurs frères et sœurs restés au pays.

Disparition des fonds de campagne : fausse alerte !

La ville de Kinshasa grouille, depuis le week-end, de rumeurs faisant état de la disparition des fonds de campagne collectés en faveur d’Etienne Tshisekedi en Europe. Selon son entourage contacté par Le Phare, il n’y a rien de plus faux. Ses proches se demandent à quel endroit se trouverait la fameuse caisse pillée ou dans quel compte bancaire, le président national de l’UDPS n’ayant pas l’habitude de trimballer des liquidités dans ses valises ou ses poches.

L’on pense qu’il s’agit là d’une campagne d’intoxication destinée à distraire des millions de Congolaises et Congolais qui croient fermement en la possibilité d’une alternance politique en RDC au lendemain du 28 novembre 2011.

Kimp

LEAVE A REPLY

*