Après Bruxelles, la Dynamique en concertation

0
160

opposition_conclave_bruxelle_tshisekedi_salut_delegation_elise_barthet_640_350_1Les concertations se poursuivent au sein de la Dynamique de l’Opposition autour des modalités d’adhésion des partis qui composent cette plate-forme au nouveau rassemblement de l’opposition placé sous le leadership du président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Etienne Tshisekedi. On rappelle que cette structure a vu le jour à l’issue du Conclave de Bruxelles.

Après la réunion de restitution des résolutions de ce forum organisée le week-end dernier au siège du Mouvement de Libération du Congo (MLC), sur l’avenue du Port, dans la commune de la Gombe, les affiliés de la Dynamique se sont retrouvés encore hier jeudi 23 juin au siège des FONUS, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu  pour poursuivre leurs échanges sur les  différents points abordés lors de la rencontre de Bruxelles.

Selon certaines indiscrétions, certaines résolutions du Conclave de l’opposition à  Bruxelles sont contestées. Une frange de la Dynamique composée principalement  de l’UNC de Vital Kamerhe  et du MLC de Jean-Pierre Bemba hésiterait à adhérer au grand rassemblement de l’opposition.

Dans le camp du refus se trouve également Jean -Lucien Bussa  et Gabriel Mokia.

L’autre point de divergence est la participation au dialogue politique, conformément à la Résolution 2277 du Conseil de sécurité, tel que décidé à Bruxelles. Selon les anti-dialogue, participer à ce forum serait cautionner le « glissement » et partant la prolongation automatique du mandat du Président de la République actuellement en
fonction.

En  dépit de ces deux points de désaccord, la majorité des membres de la Dynamique  ont réaffirmé, après un débat houleux,  l’unité de leur regroupement politique mis en place pour défendre la Constitution, surtout l’article 220 qui interdit au président Kabila de postuler pour un troisième mandat.

Un des sociétaires de la Dynamique, Ingele Ifoto pour ne pas le citer, a assuré que toutes les divergences sont surmontables. Il estime qu’en ce moment crucial de la vie  politique de la République, chaque acteur de la Dynamique devrait mettre de l’eau dans son vin pour que l’opposition soit en mesure de répondre aux aspirations de l’ensemble du peuple congolais, qui ne rêve que de la passation civilisée du pouvoir à la magistrature suprême, le 19 décembre 2016.

On signale que les concertations vont continuer le week-end ainsi qu’au début de la semaine prochaine, pour aplanir les divergences et faire émerger un consensus.

Eric Wemba