Appuis financiers : la Société civile congolaise s’explique devant ses bailleurs

0
78

La conférence d’échange d’expériences acquises et meilleures pratiques, organisée par le Fonds Société Civile pour la bonne gouvernance (FSC), un programme du Consortium des organisations Internationales Christian Aid et Diakona, financé par l’ambassade de Suède et la coopération Britannique, a ouvert ses portes hier mardi 08 juillet 2014, dans la salle Bakanja de Caritas Congo, dans la commune de Barumbu. C’est le directeur pays de Christian Aid, Bila Issa, qui a donné le coup d’envoi de ces assises en présence du directeur du FSC, Tito Farias, du Senior Manager FSC, Charly Monzambe, des représentants  des bailleurs de Fonds, Nelly Moleka de DFID, de DIAKONA, Victor Kilembo du gouvernement Suédois et de la coopération britannique. Ce forum d’échange et de partage qui va se dérouler pendant 4 jours est organisé en collaboration avec 31 consortiums des Organisations de la Société Civile œuvrant à  Kinshasa et dans les provinces de la république, financées pour les appels 004 et 005.

En effet, cette conférence des leçons apprises vise de façon générale, à communiquer à l’ensemble des acteurs du Programme (Partenaires d’exécution, bailleurs, équipe du CSF et autres parties prenantes), les  succès, les échecs, les connaissances et les bonnes pratiques issues de la mise en œuvre des activités des appels 004 et 005. Elle vise également la collecte des leçons apprises et la promotion des synergies entre les partenaires du FSC.

C’est dans ce sens que le directeur pays de Christian Aid, Bila Issa a, à l’occasion, rappelé à l’assemblée que cette conférence va permettre aux différentes parties prenantes de dresser un bilan récapitulatif du chemin parcouru. Elle va permettre d’évaluer ce qui a été fait, ce qui est fait et ce qui ne l’a pas été, et préparer l’avenir avec la bonne gouvernance sous d’autres projets. Il a aussi souligné que quand bien même le FSC tend vers la fin de son existence (juin 2010 à décembre 2014), l’organisation de cette conférence trouve toujours sa raison d’être du fait que la lutte pour la bonne gouvernance doit demeurer celle de tout le monde, car étant au centre du développement d’un pays.

En ce qui concerne la bonne gouvernance en RDC, Tito Farias a fait savoir pour sa part que les partenaires présents à ces assises sont parmi les organisations de la société civile les plus expérimentées du pays. Elles mettent en oeuvre, depuis 7 à 10 mois, les projets les plus importants appuyés par le FSC. Ces organisations représentent les services de base d’éducation, de santé, de l’eau, de l’électricité, des mines,  de la justice, du genre et des droits humains, et d’autres sont dans les routes, la fiscalité, etc. Tito Farias a déclaré que l’expérience à partager entre bailleurs comme partenaires tout au long de ces échanges est extrêmement riche en fonction des compétences et du terrain d’exécution.

Notons que les travaux vont se dérouler en trois volets à savoir : – le travail en focus groups qui réunira des bénéficiaires travaillant dans le même domaine thématique en vue de leur permettre de partager des expériences, l’apprentissage et les possibilités de synergie, la réplication et la graduation des meilleures pratiques ; – les présentations des travaux réalisés en focus groups ; – les commentaires ou les échanges, qui seront organisés et animés par chacun des facilitateurs, qui seront à la charge de chaque groupe de travail. Selon les résultats attendus par les organisateurs de la conférence, à la fin de ces travaux, les partenaires auront identifié des stratégies à adopter, afin d’améliorer l’efficacité de leurs projets. Le FSC aura collecté des leçons apprises qu’il utilisera pour publier un document. Les participants auront élaboré des plans d’actions à mettre en œuvre.

Myriam IRAGI MAROY    

LEAVE A REPLY

*