André Kimbuta interpellé par Fayulu devant l’assemblée provinciale

0
79

 En application de l’article 177 du règlement intérieur de l’assemblée provinciale en vigueur,  Martin FAYULU a déposé une motion d’interpellation à charge du Gouverneur de la Ville. La plénière de ce matin sera chaude et palpitante car les députés auront à adopter ou à rejeter cette motion qui met en cause André KIMBUTA, accusé de gestion calamiteuse et d’irresponsabilité, selon les termes utilisés par l’un de ses anciens ministres.

 Martin FAYULU a exploité des déclarations faites dans les médias locaux par Roddy MPIKA Massamba, ancien ministre des Transports, Tourisme, Culture et Arts. Ce dernier avait promis d’apporter des preuves de ses accusations. « Il y a urgence parce que la Ville de Kinshasa est en train de mourir et les recettes des transports sont dilapidées par le Ministre des Finances Guy MATONDO et gardées dans un compte prétendument pour s’en servir en cas de calamité dan la ville ». Avant de poursuivre que « si Joseph KABILA aime vraiment la Ville de Kinshasa et les kinois, il doit se débarrasser du Gouverneur Kimbuta ».
 Martin FAYULU n’est pas à sa première motion pour se plaindre des détournements dans le chef des responsables de l’exécutif provincial. Sa motion à charge du ministre provincial des Finances avait été caractérisée par des retournements spectaculaires de certains députés au niveau de la procédure. Selon le règlement intérieur de l’assemblée provinciale, une motion ne peut être adoptée que si elle est signée par un nombre requis des membres effectifs de cet organe. A l’époque et comme le ridicule ne tue pas en RDC, certains signataires de cette motion s’étaient rétractés juste avant le début de la plénière. A l’appel de la cause, certains d’entre eux avaient pris la parole pour retirer leurs signatures, rendant ainsi ladite motion sans objet.
 Les regards sont donc tournés vers la plénière de ce matin pour voir si l’assemblée provinciale va donner à l’opinion la chance de connaître la vérité sur ces accusations portées contre la personne du N°1 de l’exécutif de la Ville. Affaire à suivre.

Castro  

 

 

LEAVE A REPLY

*