Analyse critique du discours du Chef de l’Etat sur l’état de la Nation

0
476

kabilaConformément à l’article 77, alinéa 3, de la Constitution de la République, le Président de la République, Chef de l’Etat, a prononcé son discours sur l’état de la nation devant le Congrès le lundi 15 décembre courant.

            Deux semaines plus tard, l’Opposition républicaine estime parfaitement démocratique de se livrer à une analyse critique du discours du Président de la République et de formuler quelques propositions susceptibles de contribuer à la bonne marche du pays, pour l’intérêt des filles et fils de la RDC. Cette analyse critique porte sur les trois principales thématiques développées par le Président de la République, à savoir, les récents massacres des compatriotes dans le Territoire de Béni, la situation politique et la gouvernance économique et sociale du pays.

  1. Concernant les récents massacres de nos compatriotes à Béni

L’Opposition républicaine condamne avec fermeté les massacres massifs perpétrés sur de nombreux compatriotes dans le Territoire de Béni, Province du Nord-Kivu.

            Pour l’Opposition républicaine, l’outil militaire préconisé par le Président de la République ne pourra se révéler véritablement efficace à moyen et long termes que dans la mesure où il est utilisé à l’appoint d’une vision et des solutions à même de permettre le retour définitif de la paix dans ce coin du pays. L’éradication de la violence barbare dans cette région passe notamment par la lutte contre le désœuvrement des jeunes, le rétablissement de l’autorité de l’Etat ainsi que la restructuration de l’armée ainsi que des services d’ordre et de sécurité.

Il. En ce qui concerne la situation politique

            L’Opposition répub1icaine regrette que le Président de la République n’ait pas mis à profit l’occasion de son discours, pour fixer la nation et la communauté internationale sur des matières aussi sensibles et brûlantes que le calendrier électoral et la révision constitutionnelle qui sont depuis des mois en ligne de mire de plusieurs acteurs nationaux et internationaux.

            Par ailleurs, en demandant au Gouvernement de la République de soutenir l’Office National d’Identification de la Population (ONIP), l’Opposition républicaine s’interroge si le Président de la République n’a pas conforté dans leur position ceux des observateurs de la vie politique de la République Démocratique du Congo qui considèrent ce nouveau service comme un artifice par lequel l’on chercherait à opérer un glissement du calendrier électoral.

            En outre, l’Opposition républicaine s’interroge s’il y avait un quelconque intérêt pour le Président de la République à stigmatiser la communauté internationale. Nul n’ignore que le sort de certains de nos ascendants cités ou non dans le discours du Chef de l’Etat a été scellé par l’extérieur et le pays tout entier a assisté impuissant et en a payé le prix.

III. En ce qui concerne la gouvernance économique et sociale

            Comme le Président de la République, l’Opposition républicaine constate dans une moindre mesure que la République Démocratique du Congo enregistre une stabilité du cadre macro-économique et une certaine croissance de son économie. Mais, le problème dans notre pays, c’est que la croissance ne s’accompagne pas de l’amélioration du bien-être des citoyens. Peut-il en être autrement lorsque :

– la croissance reste principalement tirée par le secteur minier et celui des  télécommunications qui privent le trésor public d’importantes ressources  financières?

– la corruption et l’impunité s’institutionnalisent dans le pays?

-la gestion des ressources de l’Etat se fait sans orthodoxie?

            En plus, le manque de valorisation de l’agriculture et d’accroissement des rendements de sa production ne permet pas à ce secteur de servir de moteur de croissance de l’économie rurale congolaise. l’Opposition républicaine déplore que le Président de la République ait réservé peu d’espace au développement industriel du pays dans son discours alors que la richesse des pays passe par la constitution d’un tissu industriel.

            L’Opposition républicaine observe que le monde vit à l’ère de la révolution numérique qui change profondément nos sociétés et nos économies. Les emplois de demain seront créés essentiellement dans le numérique. Et pourtant, le Gouvernement de la République ne semble pas engagé pour arrimer le pays à cette révolution. Depuis que le monde est monde, les idées novatrices constituent le moteur de toute croissance.

  1. Au terme de son analyse, l’Opposition républicaine:
  2. réaffirme son opposition à la révision constitutionnelle ou à l’élaboration d’une nouvelle constitution;
  3. exige la mise en place d’une nouvelle administration électorale conformément aux recommandations des concertations nationales;
  4. recommande l’établissement d’un calendrier électoral consensuel et global ainsi que d’un fichier fiabilisé prenant en compte tous les jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans afin d’éviter tout dérapage et tout glissement;
  5. exige fa recomposition par consensus de l’Office National d’Identification de la Population (ONIP) ;
  6. invite le Gouvernement de la République à :

5.1. privilégier le mode de prise des décisions par consensus conformément au pacte républicain issu des concertations nationales ;

5.2. accélérer la réforme de l’armée nationale ainsi que des services d’ordre et de sécurité;

5.3. mettre en place par consensus l’administration territoriale en vue du rétablissement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national;

. 5.4. faire de la lutte contre le désœuvrement des jeunes un des objectifs prioritaires du pays ;

5.5. libérer tout le pays de tous les groupes armés nationaux et étrangers;

5.6. améliorer la mobilisation des ressources de l’Etat par une gestion orthodoxe des finances et une lutte acharnée contre la corruption et l’impunité;

5.7. faire du secteur-agricole le moteur principal de la croissance et du développement du pays;

5.8. relancer le processus du développement industriel du pays;

5.9. associer les provinces dans l’élaboration d’un plan de développement des infrastructures de base.

Fait à Kinshasa, le 26 décembre 2014.

 

Pour l’Opposition Républicaine

 

Florentin MokondaBonza

 

Modérateur