AMP : tous à la ferme !

0
32

L’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP) traverse depuis un certain temps une crise interne, due essentiellement à des divergences de lecture des enjeux politiques de l’heure mais surtout de l’année électorale 2011. La guerre des clans s’est accentuée à la faveur de la motion de censure ficelée par l’opposition parlementaire contre le Premier ministre. Et comme si cela ne suffisait, quatre grosses pointures de la plate-forme, à savoir Olivier Kamitatu (ministre du Plan), José Endundo (ministre de l’Environnement), Antipas Mbusa Nyamwisi (ministre de la Décentralisation) et Modeste Bahati (député national) ont lancé, le mardi 25 mai 2010, un nouveau regroupement politique en son sein, sous la dénomination de « Centre Libéral et Patriotique » (CLP).

C’est certainement dans le but de clarifier rapidement les choses que Joseph Kabila, en sa qualité d’ « autorité morale » de l’AMP, a invité hier mercredi 26 mai 2010 ses ouailles à  sa ferme de Kingankati, dans la périphérie de la partie Est de Kinshasa. La situation confuse qui commençait à se faire jour au sein de sa famille politique, où les rangs se desserraient au jour le jour pendant que tout le monde entonnait l’hymne à l’unité et à la cohésion, était parmi les points à l’ordre du jour.

Selon les informations reçues par Le Phare, le patron de la plate-forme n’a pas permis le moindre débat autour de la question brûlante de la création du CLP (Centre Libéral et Patriotique). On l’a dit fort indigné d’apprendre la naissance d’une structure politique de nature à distraire les membres et à les détourner de l’essentiel pour l’accessoire. Ceux qui ont bien saisi l’attitude et le message du Chef de l’Etat ont compris qu’il n’adhérait pas du tout à une démarche dont il serait, au finish, le grand perdant politiquement, aussi bien au sein des institutions nationales et provinciales que lors des échéances électorales à venir.

En clair, Joseph Kabila n’est pas d’accord avec l’initiative prise par Olivier Kamitatu, José Endundo, Antipas Mbusa et Modeste Bahati. Selon des sources qui se sont confiées au quotidien de l’avenue Lukusa, les fondateurs du CLP ont été sommés de renoncer au « CLP » et de rentrer dans les rangs au plus tard le 4 juin 2010.

Le Phare n’avait donc pas tort de parler, dans sa livraison du lundi 24 mai courant, de « Risques de paralysie politique » au pays, à la lumière de la surenchère politique entretenue autour de la motion de censure contre le chef du gouvernement.

L’ultimatum donné à Kamitatu, Endundo, Mbusa et Bahati met ainsi fin, croit-on savoir, à toutes les velléités d’indépendance, voir de « rébellion », observées depuis novembre 2009 au sein de l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP). Joseph Kabila vient de confirmer qu’il reste en partenariat avec Adolphe Muzito et le Palu et que les circonstances ne se prêtent pas à la recomposition ou à l’éclatement de sa plate-forme. Le coup de semonce du mercredi 26 mai 2010 à Kingankati fera certainement date dans les annales de la majorité au pouvoir.

                                   Jacques Kimpozo

LEAVE A REPLY

*