Amnistie : les ex-dignitaires du M23 passeront au tamis

0
62

                                                               Le coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba (MSN), François Muamba francoismwambaauparlementTshishimbi, a échangé, hier lundi 3 mars 2014 à son cabinet de travail, avec le secrétaire exécutif de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (Cirgl), le professeur Ntumba Lwaba, sur les avancées du pacte de stabilité signé par les pays de la sous-région de Grands-Lacs dans la capitale éthiopienne, le 24 février 2013. Ont pris part à cette séance de travail, des représentants de certains ministères, du délégué du Chef de l’Etat au niveau du mécanisme régional de suivi, le général Denis Kalume, de l’UPN-DDR, etc.

 « Cette rencontre nous a permis d’avoir une approche globale sur la situation. Nous avons passé en revue le chronogramme de mise en œuvre des Déclaration de Kampala, Déclaration du Gouvernement, Déclaration du M23 à Nairobi,  le communiqué final signé par le président en exercice de la Cirgl, et la présidente de la SADC et les indicateurs des résultats… », a déclaré le Pr Ntumba Lwaba à l’issue de l’entretien, affirmant même l’existence d’un bon chronogramme fixant les activités et les responsabilités. « On est dans la bonne voie », s’est-il réjoui avant d’admettre qu’« on est appelé à travailler main dans la main et étroitement pour la consolidation de la paix à l’Est de la RDC ». 

Amnistie au cas par cas

            Concernant la question de l’Aministie telle que préconisée par l’Accord-cadre, le secrétaire exécutif de la Cirgl a affirmé que les chefs de l’ex-rébellion défaite dite M23, jadis appelés «seigneurs de guerre», mais vivants désormais au Rwanda ou en Ouganda ont un statut desréfugiés. De ce fait, des missions de vérification sont envisagées et associeront l’ensemble des services de l’Etat congolais. «La prochaine étape consistera à la signature par les ex-membres du M23 d’un engagement personnel de renonciation à la rébellion, d’acceptation de se soumettre à toute les exigences de la loi d’amnistie. Et ensuite ils vont désigner des points focaux sur certains points. On leur donne la possibilité de se transformer en parti politique et de participer à la vie nationale », a annoncé Ntumba Lwaba.

 Il convient de noter à la suite du Pr que plusieurs aspects interviennent dans ce chronogramme que le Mécanisme national de suivi aura à proposer. Il s’agit des volets paix, sécurité,  réfugiés, DDR, la gouvernance économique « pour qu’on puisse atteindre le seuil du développement ». A ce titre, il pense qu’ « il y a la conjugaison des efforts côté congolais notamment par la promulgation par le chef de l’Etat Joseph Kabila de la loi sur l’amnistie qui ouvre la voie aux autres étapes de la mise en œuvre de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ». « Ce chronogramme est établi par le Mécanisme national de suivi et nous sommes là pour l’accompagner », ajoute Ntumba Lwaba.

Convaincu de la démarche de la RDC pour mettre fin aux hostilités à l’Est de la République, il a lancé : « Nous y croyons et nous y travaillons. Nous sommes convaincus, cette fois-ci que c’est fini. La page des groupes d’armés est tournée. Bientôt on ne parlera plus des forces négatives. La volonté politique est là. La RDC émerge »

Quant à François Muamba, il a d’emblée reconnu la mission de la Cirgl qui est désigné pour accompagner le MNS dans le suivi de la mise en œuvre de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. « Il y a une détermination du chef de l’Etat et de l’ensemble des membres du Gouvernement. C’est le prix à payer si nous voulons transformer la victoire militaire en victoire de la paix sur le flanc Est. Le Président de la République veut que cette souffrance s’arrête pour pouvoir mettre à l’ordre du jour, les questions économiques et de développement qui apportent des réponses aux réfugiés, à tous les habitants et constitués des signaux positifs par rapport à la région et par rapport au reste du monde », affirme François Muamba.

Tshieke Bukasa 

LEAVE A REPLY

*